Du pilotage à la plaisance Jolie Brise

Revue N°44

Au portant sous toute sa toile, vers 1926, alors qu'il navigue en plaisance avec E.-G. Martin, Jolie Brise arbore encore dans sa voilure le numéro 6, souvenir de son service au pilotage.
Par Denis-Michel Boell - Jolie Brise, Marie-Fernand, deux anciens cotres pilotes du Havre, sont aujourd'hui en état de naviguer, respectivement soixante-treize et quatre-vingt-quinze ans après leur lancement. Cette longévité exceptionnelle n'est pas seulement due à un heureux concours de circonstances. Ces voiliers robustes, confortables, véloces, à l'aise par tous les temps et facilement manœuvrables en équipage réduit avaient tout pour séduire des plaisanciers exigeants. Les performances de ces cotres pilotes et l'efficacité de leur voilure ont en effet attiré très tôt l'attention des connaisseurs, en particulier des architectes navals qui tenaient la chronique du yachting dans les publications de la fin du siècle dernier et du début de celui-ci. N'avaient-ils pas été dessinés par des architectes comme Emile Galodée, Gaston Grenier, ou Alexandre Pâris ? N'avaient-ils pas été construits par des chantiers comme Augustin-Normand, Lemarchand, Paumelle ou Julienne, également auteurs d'unités performantes en régates ?

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée