Au temps des nefs

Revue N°238

Avant que Gutenberg n’invente l’imprimerie, vers 1450, les textes sont reproduits à la plume par des copistes et parfois ornés de dessins originaux en couleurs réalisés à la main, qu’il s’agisse de lettrines ouvragées ou d’images peintes illustrant le propos. Ces manuscrits médiévaux, qui traitent de science, de religion, de mythologie ou d’Histoire, abordent souvent le monde aquatique, un lieu opaque, siège de bien des mystères. Ainsi, les enluminures marines, font-elles souvent écho aux risques encourus par ceux qui osent s’y aventurer. Elles témoignent surtout du talent de leurs auteurs, miniaturistes et coloristes virtuoses.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée