À la manœuvre du Charles de Gaulle

Revue N°235

Le Charles de Gaulle en manœuvres aviation au large de Porquerolles, le 12 février 2009. Un Rafale vient d’être catapulté. Pour cette opération, le vent relatif doit impérativement être de 28 nœuds. © J.-Y. Béquignon

par Jean-Yves Béquignon - Décrite par le capitaine de frégate qui l’a dirigée entre 2008 et 2010, la manœuvre du Charles de Gaulle ne se révèle pas si différente de celle d’un autre bâtiment. À condition de parvenir à oublier qu’il s’agit du seul porte-avions français et qu’il héberge près de deux mille hommes et quarante avions. Car les marins de « Charlie Golf » n’ont pas le droit à l’erreur.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée