En juillet dernier, pour célébrer le tricentenaire de la mort de Tourville, la commune du même nom proche de Coutances, aidée par des partenaires privés, a invité les yoles du Défi à une mini croisière vers l'archipel de Chausey. Huit d'entre elles ont répondu à l'appel : Fidélité, la Françoise, Morbihan, Tolérance, Y d'Ille, Laval' Heureuse, Action et Audouce, bénéficiant chacune d'un bateau accompagnateur. A Granville, le 20 juillet, dès le petit matin, les yoles étaient grutées avant la fermeture des portes d'écluse du port. A 10 h 30, par un vent de bout de force 3 à 4, les bateaux sont partis à l'aviron virer la bouée Videcoq, à 3,5 milles dans l'Ouest de Granville. La mer était peu agitée avec une faible houle, la température douce, le ciel couvert. Les organisateurs avaient informé les équipages que ce n'était "pas vraiment une régate", mais comment faire comprendre cela quand on donne un départ et qu'il y a une ligne d'arrivée! Trois yoles (La Françoise, Fidélité et Y d'Ille) se sont détachées de l'escadre et sont arrivées à la bouée en une petite heure. Le patron de Fidélité faisait observer à ses équipiers que, quand ils donnaient dix coups d'aviron, les autres équipages en donnaient quinze, pour naviguer à la même vitesse. Leçon à méditer, le rythme ne fait pas tout à l'aviron. A bord d'Audouce, quatre "avironneurs modernes" de Rouen effectuaient leur premier embarquement sur une yole de Bantry; ils projettent d'en construire une dans leur ville. Les patrons avaient ensuite le choix du moyen de propulsion. Dans un premier temps, toutes les yoles ont hissé les voiles pour rejoindre l'archipel en tirant des bords. Mais l'équipage de Morbihan a mis en œuvre la bonne tactique en faisant route directe à l'aviron, coupant la ligne en tête à 12h30. Puis les embarcations se sont regroupées dans l'Est des Huguenots, au milieu des îlots, pour un pique-nique avec sieste ou baignade en option. L'après-midi, les bateaux, à l'aviron et en ligne de file, ont suivi le Courrier des îles des aies à Gilbert Hurel (CM 109), qui moment magique leur a fait parcourir, au ras des cailloux, le lumineux archipel au décor changeant, baigné par les plus fortes marées d'Europe. A la fin de la journée, les yoles ont mouillé dans le Sound, les équipages dînant et couchant sur la Grande-Ile. Le lendemain matin, le vent trop fort a été mis à profit pour découvrir l'île, à pied. Les conditions s'étant améliorées, l'escadre a appareillé avec le soleil, vers 15 heures, à destination du havre de Regnéville. Ce fut l'occasion d'essayer tous les réglages possibles liés à l'allure du vent arrière. Ce soir-là, c'était jour de fête à Tourville, avec feu d'artifice. Les équipages étaient invités au repas avec la population; on pouvait y venir costumé et l'équipage de Fidélité s'est particulièrement distingué en la matière. Le dimanche, les yoles se sont fait admirer devant Regnéville dans un slalom parcouru sans safran, sous les yeux de spectateurs curieux qui ont eu la possibilité d'embarquer pour rejoindre la cale de la pointe d'Agon. Et après un dernier repas, chacun s'est donné rendez-vous pour d'autres rencontres estivales, aussi fortes en beauté et en émotion.

Dominique Castagnet

  * Ndlr: la première manifestation dénommée "Belle plaisance" avait été organisée en 1992 à Sainte-Marine, sur la rive droite de l'Odet, à l'initiative du Chasse Marée, à l'origine du terme