Les voiliers du Belize

Revue N°55

Les pêcheurs beliziens n'ont pas attendu l'invention du trapèze pour pratiquer un rappel efficace; une technique d'autant plus utile qu'à bord de leurs sloups, ils ne disposent d'aucun système de réduction de voilure.
Par Tom Zydler - Coincé entre le Yucatan mexicain, au Nord, et le Guatemala, au Sud et à l'Ouest, ce petit Etat — moins étendu que la Sardaigne — est, à l'Est, largement ouvert sur l'océan. La vocation maritime du Belize est d'autant plus affirmée que son littoral est protégé par une vaste barrière de récifs où émerge une myriade d'îles et que les alizés y soufflent en permanence. Ces conditions favorables à la navigation expliquent en partie la persistance des voiliers de travail encore représentés aujourd'hui par une importante flottille de sloups armés pour la pêche aux langoustes et quelques gabares qui font le transport du sable et du gravier. Chaque année, ces bateaux construits et entretenus par des charpentiers locaux réputés jusqu'aux Etats-Unis se disputent des régates acharnées auxquelles l'auteur a eu le plaisir de participer.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite