Par Jean-Pierre Cebron et Josick Peuziat -Chargé par la ville de Redon, en sa qualité d'architecte, de la restauration d'une maison, Patrick Motte remarquait sur certains bois de la cage d'escalier des entailles représentant des bateaux. C'était au mois d'octobre 1984. Sa perspicacité a sans doute valu à ces pièces de bois d'être sauvées de la démolition, puisqu'elles ont été proposées pour classement au Service des Monuments Historiques. Jean-Pierre Cebron, spécialiste de l'histoire fluviomaritime de Redon, nous a livré quelques-unes de ses réflexions sur ces graffiti. En attendant une interprétation définitive du point de vue de l'archéologie navale, nous avons demandé à Josick Peuziat de proposer une première réponse aux questions que se posent les "inventeurs" de cette découverte.