Le naufrage de l’Hilda : la terrible nuit de Paul-Marie Penn, johnny de Cleder

Revue N°009

L'Hilda, navire à passagers de la London and South Western Railway, assurant le service entre Southampton et Saint-Malo. Ses 2 mâts lui donnent l'allure d'un bâtiment mixte
Par Gilles Mulot - Comme trop souvent, il faisait froid et humide en cette soirée du 17 novembre 1905, sur le quai de Southampton. La nuit était venue de bonne heure, le brouillard épais qui enveloppait le port depuis la fin d'après-midi, avait fait obstacle aux rayons du soleil par trop discrets en cette saison. Un grand vapeur, dont les treuils grinçants fumaient dans la lumière diffuse des lampes de pont, achevait de débarquer sa pontée de bois. Plus loin, un navire était tout éclairé, on devinait ses chaudières sous pression, le départ semblait imminent. Un gréement de goélette lui donnait une allure de « mixte », mais l'absence de voiles ferlées et, lors-que l'on y regardait de plus près, d'accastillage indispensable aux manœuvres d'un voilier, laissait supposer que là encore la machine avait supplanté le vent depuis longtemps.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée