La pêche en Gironde : le dernier grand estuaire sauvage de France

Revue N°15

Une yole de mer en polyester sort d'un estey pour gagner l'estuaire. Les anciens bateaux traditionnels de Gironde, yoles et filadières, ont pratiquement disparu. Progressivement, les pêcheurs les ont remplacés par deux types empruntant des caractéristiques à l'une et à l'autre. Le premier type, actuellement en voie de disparition, est un bateau doté d'une étrave classique proche de celle des filadières. On l'appelle parfoisyok-fi/aa'ière. Beaucoup plus léger que les anciennes filadières, c'est un bateau construit à membrure ployée principalement au chantier Morin de Por t-Maubert : les bateaux du "Shériff" sont aisément reconnaissables à l'étoile rouge qu'ils portent à l'avant. Le second type, de taille plus modeste, est la yole bâtarde, encore appelée yole de mer, qui conserve un avant identique à celui des anciennes yoles mais dont le tableau a disparu au profit d'un cul pointu inspiré des filadières. Ces bateaux construits à membrure ployée au moins depuis les années 1930, ont été reproduits à l'iden-tique en polyester, surtout par le chantier Descors (ex. Léglise) de la Roque de Thau, qui en a produit une centaine. C'est un cas remarquable de survivance d'un bateau traditionnel construit en matériau synthétique.
Par Aline Tribondeau - Malgré la centrale nucléaire de Braud-Saint-Louis, les pétroles d'Ambès et le terminal du Verdon, l'estuaire de la Gironde demeure une réserve naturelle très importante pour la vie marine. Dans ses eaux saumâtres, viennent encore frayer des espèces de poissons que l'on ne trouve plus guère ailleurs : les pibales, qui l'hiver, remontent l'estuaire en grand nombre; les maigres, les aloses, les lamproies et bien sûr l'esturgeon quasi-mythique. Quelques dizaines de pêcheurs travaillent en Gironde. Ils connaissent bien les richesses de l'estuaire et les exploitent savamment. Aline Tribondeau embarque depuis l'enfance â bord de leurs yoles. C'est â Bébert, Capitaine, Louis et tous les autres qu'elle dédie cette première étude, documentée et sensible. Il restera beaucoup à dire. Le Chasse-Marée reviendra en rivière de Bordeaux.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée