Carmargue : une renaissance d’exception

Revue N°172

Camargue navigue paisiblement sur l'Oudon, un affluent de la Mayenne, à l'issue de ses premiers essais au mois de novembre dernier. Noter les drosses de gouvernail qui courent le long de l'hiloire, ainsi que les deux panneaux du capot moteur en avant du poste de barre.
Camargue, construit en 1930 au chantier Excelsior, serait aujourd'hui le plus vieux canot automobile français entièrement d'origine et en état de naviguer. Sa restauration a nécessité 3 000 heures de travail... pour un peu moins d'un kilo de bois neuf. 8 200 rivets et pointes ont été resserrés ou remplacés, 144 mètres de joints ont été nettoyés, parfois au scalpel, 14 m2 d'abrasif ont été usés, 28 litres de peinture et de vernis ont été appliqués. Boris Proutzakoff, l'homme de l'art de ce chantier, nous fait revivre dans les moindres détails ce travail d'orfèvre. Une façon de transmettre aux amateurs des techniques de restauration dont ils pourront tirer parti.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée