La Voi(l)e du Nord

Sébastien Roubinet repart au printemps à bord de Babouch-Ty, son catamaran léger entièrement autonome et sans moteur (CM 312). Son objectif est de rallier le Spitzberg au départ de Sachs Harbour, sur l’île canadienne de Banks. Un parcours de 3 000 kilomètres par-delà les archipels canadiens, tout au Nord du passage du Nord-Ouest, un itinéraire qu’aucun voilier n’a jamais emprunté. C’est avec deux compagnons, Éric André et Jimmy Hery, que Sébastien part pour cette nouvelle expédition, qu’il espère boucler en quatre mois. Une nouvelle course contre la montre dans le labyrinthe de glace et d’eau de ces lointains confins, qui fait suite à trois tentatives de traversée de l’océan glacial Arctique et de nombreuses expéditions boréales à bord des voiliers hybrides de sa conception – mi-chars à glace, mi-bateaux. Si elle s’ouvre, la fenêtre lui permettant de rallier les îles norvégiennes sera de courte durée. « Si nous ne pouvons passer au Nord du Groenland, nous descendrons le long de sa côte Ouest », explique-t-il.  Sandrine Pierrefeu

 

Lire aussi

De glace et de vent, Sébastien Roubinet sur les voies du pôle, article publié dans le Chasse-Marée n°312 en avril 2020.

par Sandrine Pierrefeu – Certains ont l’art de tout compliquer. Sébastien Roubinet, lui, tendrait plutôt à l’essentiel. Il parcourt le Grand Nord à bord de minuscules catamarans amphibies de sa conception, et n’a de cesse de les alléger, de les débarrasser de tout équipement superflu, pour mieux s’en remettre à la grâce des éléments.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée