Parmi les différentes sortes de chants de travail autrefois en usage à bord des grands voiliers de commerce — les "shanties" comme disent les anglo-saxons — le répertoire "à virer", lié notamment à la manoeuvre de dérapage des ancres, tient une place très importante. A chaque nouvelle étape de l'évolution technique des appareils à virer du bord — guindeaux à bras, à brinquebale encore utilisés sur les trois-mâts terre-neuviers du début du XXe siècle; grands cabestans des navires de guerre du XVIHe siècle ou cabestans modernes des grands voiliers - les matelots ont su créer ou adapter un répertoire de chansons spécifiques qui soutient parfaitement le rythme de la manoeuvre, aidant ainsi les marins à coordonner leurs efforts pour être plus efficaces. Grâce au remarquable travail de Stan Hugill (dont la vie aventureuse a été présentée dans Le Chasse-Marée n° 18), ancien matelot long-courrier et érudit anglais, qui a publié une étude sur ce sujet dans "Shanties and sailors songs" (1969), et aux enquêtes d'archives et collectes récentes effectuées en France, réunies à l'occasion de l'édition de 1"Anthologie des chansons de mer", il est aujourd'hui possible de faire un premier bilan sur ce sujet.