Thomas, le trois-tonneaux de Caillebotte

Revue N°251

Durant l’hiver 1887-1888, après sa première saison, Thomas est retourné au chantier Luce, du Petit-Gennevilliers, pour le doublage en cuivre de sa carène. © coll. Chardeau/cl. Martial Caillebotte

Par François Puget - Pour prouver qu’un quillard peut rivaliser avec les clippers de Seine, Gustave Caillebotte commande Thomas en 1887 au chantier Luce. Ce 3 tonneaux de conception très novatrice, élégant et surtoilé, va multiplier les victoires en régate.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée