Praires précieuses de la Rade

Revue N°111

On s'apprête à filer la drague à l'eau, à bord du Talisman, à Sylvestre et Martine Monot ; à quelques mètres, travaille le Mari-Franceza à Michel Cohat.
Par Sandrine Pierrefeu et Gwenaël Saliou - De novembre à mars, quelques heures par semaine, une cinquantaine de bateaux quittent les petits ports de la rade de Brest pour une étonnante caravane d'hiver. L’œil rivé aux frémissements du câble de drague, les pêcheurs charruent le fond. A genoux sur le pont de leurs coquilliers, parmi les oursins et les bernard-l'ermite, ils brassent la vase lourde et froide et trient leur butin à la main pour en extraire quelques "cailloux rouillés" dont la chair fine est recherchée par les gourmets de toute la France : les praires de la Rade.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite