Louis Bernicot, un parcours sans fautes

Revue N°

Peinture marine
Marin Marie, auteur de ce portrait du cotre Anahita, daté de 1944. © musée national de la Marine/ADAGP Paris 2008

par Noël Le Hénaff et Xavier Mével - En 1935, après une brillante carrière à la Compagnie générale transatlantique, ce capitaine au long cours originaire de l’Aber-Wrac’h se fait construire à Carantec un cotre bermudien en vue de faire le tour du monde. Sans tambour ni trompette, il trace un sillage impeccable passant par le détroit de Magellan et le cap de Bonne-Espérance, comme Slocum quarante ans plus tôt.

L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonner à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°317 Réservé aux abonnés

Invisible

Depuis une dizaine d’années, l’artiste Nicolas Floc’h travaille à la représentation des habitats et du milieu sous-marin, produisant une œuvre... Lire la suite