Eugène Isabey : un mariniste oublié

Revue N°243

peinture d'une barque bretonne
Étude de barque à Étretat, aquarelle, crayon et gouache. Isabey a souligné avec précision les clins du bordé, ce qui permet d’apprécier les formes de la carène de cette caïque. Il n’a pas oublié le gros erseau à l’étrave, servant à crocheter le bateau à son arrivée à l’échouage. Le grand-mât abattu repose sur la miche. © RMN/Musée du Louvre

Par Dorothée Thirion-Freiche - Considéré comme un peintre de marine de tout premier plan au XIXe siècle, Eugène Isabey (1803-1886) est un peu tombé dans l’oubli. L’exposition estivale que lui consacre le Louvre est l’occasion de découvrir ses aquarelles, qui ne constituent qu’une facette d’une œuvre prolifique et romantique.

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée