Draguer la coquille en rade de Brest

Revue N°131

Ci-dessus : dans les zones où la Saint-Jacques abonde, les coquilliers naviguent très près les uns des autres. Le bateau qui remonte sa drague au bras hydraulique est un goémonier qui exploite habituellement les laminaires, tandis que celui de droite pratique la pêche des crustacés au casier. Ci-contre : la délimitation des secteurs de pêche à la coquille en rade de Brest (les zones foncées sont interdites durant la campagne 1999-2000).
Par Sébastien Panou - Au cœur de l' hiver, les fonds de la rade de Brest — naguère sillonnée par deux cents sloups coquilliers - sont dragués par une modeste flottille de bateaux qui, quelques heures par semaine, partent à la recherche des bancs de coquille Saint-Jacques. Très éprouvé il y a une trentaine d'années, le gisement de ce mollusque — dont la variante brestoise est fort appréciée des gourmets pour son corail — se reconstitue progressivement, notamment grâce à des actions de repeuplement entreprises en écloserie.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite