En mai dernier, Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, a mis à l’eau We Explore, un catamaran de course au large composé à 50 pour cent de fibre de lin – aucun bateau de course n’avait jusqu’alors utilisé autant de tissus naturels – et conçu par son écurie, Kaïros. L’équipe de We Explore concrétise ainsi ses recherches sur les matériaux biosourcés avec ce multicoque qui s’élancera à l’occasion de la prochaine édition de la Route du Rhum, sans l’habituelle ambition de remporter la victoire, mais avec le désir de créer un précédent, d’ouvrir une voie. 

« Je verrais bien la course au large aller dans le sens d’un ralentissement, et s’orienter vers la performance environnementale, nous a expliqué Roland Jourdain. Lors du dernier Vendée Globe, il n’y a pas eu de record de vitesse, les temps de navigation ont même plutôt augmenté. Et cela n’a pas gêné le public.» La construction de ce catamaran a nécessité moins de matériaux gourmands en énergie, l’utilisation du lin reposant sur des circuits de production et de distribution courts. «Mais s’il s’appelle We Explore, c’est qu’il reste encore plein de choses à faire », complète Roland Jourdain. À voir le nombre de nouveaux Imoca « 100 pour cent carbone » lancé pour le prochain Vendée Globe ou la quantité de Mini 6,50 dans chaque port, la route est effectivement encore longue.

Lire aussi

Explorateurs d’avenir, article publié dans le Chasse-Marée n°300 en novembre 2020

par Philippe Urvois – Ils plongent sous les pôles pour découvrir des écosystèmes mal connus ; ils expérimentent des techniques simples et peu coûteuses pour répondre à nos besoins ; ils transforment les déchets plastiques en carburant… Ces nouveaux explorateurs inventent un monde où l’homme et la nature ont toute leur place, avec la volonté de partager gratuitement leurs découvertes. Utopique ? Ces défricheurs d’avenir croient à l’intelligence collective. Ils ont l’envie d’être « droits dans leurs bottes », au travail comme ailleurs. Le navigateur Roland Jourdain a créé le fonds de dotation Explore pour soutenir ces projets.

 

La part des plantes – Réflexion pour les navires de demain, article publié dans le Chasse-Marée n°321 en juin 2021

Par Gwendal Jaffry – En poussant les portes de l’Université de Bretagne Sud qui héberge le laboratoire de Christophe Baley, je pensais qu’on allait discuter coques de navires en lin et biorésines. Mais ce scientifique m’a vite embarqué dans un voyage à travers champs… et pas seulement au sens figuré. Car s’il est devenu un spécialiste des matériaux composites issus des plantes à fibres, notamment dans leur application au nautisme, son travail l’a amené bien plus loin, de l’étude des cycles de vie aux besoins de l’humanité, en passant par les fantastiques perspectives qu’offre le biomimétisme… C’est vaste, c’est riche, et pas seulement parce qu’on a aussi discuté orties et radeaux de survie.