Jean Moulin, langoustier

© Bernard Ficatier 

Après des années de sommeil, la construction du cotre langoustier commencée à Plouhinec (Finistère) en 2005 par les élèves de la formation de charpenterie de marine du lycée Jean-Moulin a été reprise par le Centre nautique de Plouhinec (CNP). Bernard Ficatier, alors enseignant, avait lancé le projet et dessiné les plans de ce bateau de 12,80 m par 2,95 m de large, sur le modèle des langoustiers du cap Sizun qui pêchaient jusqu’à l’île de Sein au début du XXe siècle. La construction avait malheureusement été arrêtée en cours de route, suite à la fermeture du lycée (CM 294). À ce stade, la charpente axiale et longitudinale ainsi qu’une partie du bordé étaient achevées.

La construction du cotre, relancée par le CNP, va être confiée aux Charpentiers de Cornouailles, basés à Douarnenez, associés à l’architecte naval François Vivier. Jean Moulin – ainsi sera baptisé le cotre – devrait pouvoir toucher l’eau dès l’été prochain, sauf problème de financements. Il viendra remplacer Louisette, palangrier de 1926 (CM 115), pour les activités du CNP. Le club souhaite également organiser une rencontre entre Jean Moulin et Telenn Mor (CM 112), leurs carènes étant identiques, à l’exception du tableau.  <cnp.ouvaton.org>

Et pour en savoir plus, voici les premiers essais du bateau Jean Moulin et son convoyage jusqu’à Audierne pour son accastillage final le 24 janvier 2022.

 

Lire aussi

Quel avenir pour le lycée Jean-Moulin ?, article publié dans le Chasse-Marée n°294 en mars 2018

Fermera, fermera pas ? Le 15 novembre 2017, Loïg Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne, a annoncé au personnel qu’il voulait fermer le lycée Jean-Moulin, à Plouhinec (Finistère) pour la rentrée 2018.

Telenn Mor & An Eostig, deux chaloupes en baie de Douarnenez, article publié dans le Chasse-Marée n°112 en décembre 1997

Par Gwendal Jaffry – Douarnenez a vécu pendant des siècles de la pêche à la sardine. Mais, des centaines de chaloupes qui pratiquaient ce métier au début du siècle, il ne restait rien, sinon des témoignages et des documents, souvent d’une émouvante beauté. Au début des années 80, le projet de reconstruire une authentique chaloupe sardinière quittait le domaine de l’utopie pour se concrétiser. Quelques années plus tard, “Telenn Mor”, une chaloupe des années 1900, était suivie d’une autre unité encore plus grande et d’un modèle postérieur, “An Eostig”, construite par Jean-Pierre Philippe, le charpentier du Musée du bateau. Depuis leur lancement, ces deux chaloupes ravivent la mémoire maritime douarneniste en naviguant intensément sous la conduite de jeunes patrons chevronnés comme Gwendal Jaffry, qui sait déjà fort bien communiquer sa passion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite