Bureau Veritas évalue les designs des futuristes navions

© REGENT

Cet article a été publié originellement sur Maritime-executive.com

Ce pourrait être un développement majeur pour la commercialisation de la technologie des navions, appareils se déplaçant grâce à l’effet de sol, la strat-up REGENT Craft basée à Boston travaillera avec Bureau Veritas Marine et Offshore pour évaluer les designs initiaux de REGENT. Le but est de parvenir à une classification pour ces appareils qui combinent les designs d’avion et d’hydrofoil mais est réglementé comme un bateau.

REGENT a annoncé avoir passé la première étape de la « Risk Based Qualification of New Technologie » (Certificat des nouvelles technologies basé sur les risques) demandé par Bureau Veritas. Ce processus devrait aboutir sur un accord de principe pour le design du navion en 2022. Bureau Veritas examine les plans d’un navion Victory de 12 passagers, obtenir la classification est une étape essentielle avant de commencer un prototype et la production commerciale d’un nouvel appareil.

« La classification des navions est un point important pour nos clients désirant exploiter des navions et obtenir des assurances dans le monde. » Explique Billy Thalheimer, directeur général de l’entreprise. « REGENT est ravi de travailler avec Bureau Veritas sur ce processus de certification, étant donné leur expertise et expérience avec des vaisseaux maritimes complexes. »

Selon l’entreprise, le design d’un navion incorpore les derniers développements de l’aviation électrique et maritime pour assurer des transports économiques, durables et rapides entre des villes côtières. Les vaisseaux opéreront quelques mètres au-dessus de la surface de l’eau, combinant la vitesse d’un avion avec le faible coût d’exploitation des bateaux. Avec la technologie de batterie actuelle, il serait possible, selon REGENT, de desservir des routes d’environ 180 milles nautiques à une vitesse de 160 nœuds. L’entreprise pense que la technologie des futures batteries rendra possible de desservir une distance de 400 milles.

Brittany Ferries et REGENT développent un “bateau volant”

« Bureau Veritas est enchanté de travailler avec REGENT sur la classification de ce nouvel appareil à effet de sol » dit Laurent Leblanc, vice-président directeur, Opérations et Techniques, Bureau Veritas, Marine et Offshore. Les navions sont une opportunité pour Bureau Veritas d’évaluer la sécurité et la stabilité de dispositifs avant-gardistes, dont des systèmes de propulsion électrique, des hydrofoils à grande vitesse, et des dispositifs de contrôle de commande de vol électrique.

REGENT et Bureau Veritas ont travaillé ensemble pendant plusieurs mois et ont établi  des critères de réception du certificat, d’échelle de maturité technologique qui s’appliqueront aux vaisseaux, incluant différents niveaux de préparation technologique, de difficulté d’intégration, et de conditions d’opération, qui seront utilisées pour déterminer le processus de qualification que chaque système et sous-système devra subir et auxquels il lui faudra se conformer, avant que le vaisseau ne reçoive son certificat de classification.

En juin 2021, la Brittany Feries, qui exploite des traversées de la Manche et en Europe, a annoncé qu’ils avaient trouvé un accord préliminaire avec REGENT. La compagnie de ferry a annoncé qu’elle envisageait le navion comme une option pour la grande vitesse.

Le Chasse-Marée, un article sur les navions

Le Chasse-Marée a consacré un article sur le sujet des ekranoplane dans son numéro 323 paru en octobre 2021. En effet, comme nombre de phénomènes naturels, nous connaissons l’effet de sol sans le savoir. En revanche, ses conséquences et surtout ses applications sont moins connues, comme les troublants ekranoplans, d’étranges appareils conçus par les Russes durant la Guerre froide. À l’heure où la Brittany Ferries vient de présenter un de ces engins à effet de sol, qu’elle envisage de mettre en service sur la Manche, nous avons rencontré Maxime Heinisch, passionné de longue date par le sujet, qui développe aujourd’hui un projet au sein de sa société Exosea.

Pour consulter l’article : Innovation : voler sur l’eau 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée