Patte à cosse

Pattes à cosse

© Claude Hascoët

Une patte à cosse est un filin recordé, passant dans deux œillets posés dans une voile, et estropant une cosse contre une ralingue. Les œillets doivent être percés très près de la ralingue et avoir un écartement correspondant au diamètre intérieur de la cosse.

La patte est confectionnée en utilisant un toron prélevé sur un cordage en quatre d’une grosseur  adaptée à la cannelure de la cosse. Ce toron doit faire quatre fois et demi la longueur de la patte. On l’introduit dans l’œillet et de gauche, de l’extérieur Vers soi, de façon à avoir un brin d’une longueur correspondant à la moitié du brin laissé de l’autre côté. On va alors recorder le brin long autour du brin court, en l’entourant trois fois avant de faire pénétrer le brin long dans l’œillet de droite de l’avant vers l’extérieur. La cosse mise en place, on pose un repère sur le brin au niveau de l’ œillet puis on retire la cosse avant de remettre le brin à son repère. On recorde de nouveau autour de l’anse avant de glisser le brin dans l’œillet de gauche de l’extérieur vers soi et on corde le quatrième tour jusqu’à la moitié de l’anse. il est alors temps de passer le second brin de l’avant vers l’extérieur pour le recorder jusqu’à ce qu’ils rejoignent le premier brin. On les croisent et on fait un demi-nœud. Il reste alors à élargir la patte à l’aide d’un burin pour pouvoir y faire entrer la cosse, au besoin en s’aidant d’un maillet, avant de souquer l’excédent des brins et les couper au ras.

 

Pattes à cosse

© Bernard Ficatier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.