Dans le Nord Cotentin s’est développé, au cours du XIXe siècle, un canot très bien adapté aux petites pêches, nommé vaquelotte par l’administration à partir de 1889, et souvent appelé “canot de Barfleur”. Les vaquelottes formaient l’essentiel de la flotte de pêche de La Hague à la baie des Veys.

Vaquelotte du Cotentin. © J. P. Guillou

La coque mesure généralement 6 mètres pour moins de 3 tonneaux ; elle est assez ronde pour permettre d’échouer sans béquille. Une coeffe, boulonnée sur la partie avant des plats-bords et encastrée dans l’étrave, sert à la fois de guirlande et de soutien au mât. Au-dessous, le queuet permet de faciliter le mâtage. A l’arrière, une large planche de couronnement porte la barre d’écoute de misaine, ou livalof, l’emplanture de mât et le croc d’amure de tapecul. Les violons courent pratiquement de l’étrave au tableau. La vaquelotte a souvent trois bancs : un banc de nage (2 ou 3 avirons), un banc de pompe creux, le nouet, et le banc de barre.

Le gréement est de type bourcet-malet. Au port, il est commode d’utiliser la misaine seule, mais dès que le bateau est dégagé, on envoie le bout-dehors et le foc, puis le tapecul. Par gros temps, le canot reste manœuvrable avec sa misaine seule à deux ris. Parfois, on ajoute un petit foc pour faciliter les virements, rendus aisés par la quête d’étambot.

La pêche principale est la pêche aux crabes et homards. Les casiers en osier ou en orme sont souvent mouillés par paires et repérés par des flotteurs, les chiens. A la voile, il est difficile de mouiller plus de 20 ou 30 casiers. La crevette est pêchée avec des nasses en bois. La vaquelotte permet aussi de tendre des filets pour le hareng, le mulet, l’orphie, ou de filer les cordes pour le congre, la roussette, le ha, le colin, la vieille… Pour le maquereau, le bar ou le colin, on pêche à la traîne. Certains pêcheurs ont également pratiqué le chalut à perche.

Les dernières vaquelottes ont cessé la pêche dans les années 1990, mais il en reste plus d’une centaine, principalement à Saint-Vaast-la-Hougue, Barfleur ou Cherbourg. Les plus anciennes ont plus de 90 ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.