Un erseau textile

 

Le esreau textile est bien plus esthétique que l’erse en bitord. Pour le réaliser, on prélève sur un cordage – de préférence commis en quatre – un toron d’une longueur équivalente à 3 trois et demi la circonférence qu’on souhaite donner à l’erseau. On réalise alors, en partant d’une des extrémités, une boucle de diamètre à donner à l’erseau avant de recorder le toron en l’enroulant sur lui-même et en suivant les torsades pour le replacer dans son commettage. Au cours de la progression, il faut donner au toron une légère torsion dans le sens des aiguilles d’une montre pour qu’il prenne bien sa place.

Erseau textile

© Francis Holveck

Au terme du troisième tour, l’erseau se termine comme une épissure longue en faisant d’abord un demi-nœud puis en introduisant les courants sous deux torons cordés et en finissant par une demi-passe (c’est-à-dire une passe avec le toron diminué de la moitié de son diamètre).

L’erseau ayant à bord des usages multiples, notamment pour saisir un palan ou tout simplement pour servir de poignée sur une main courante, vous pourrez profiter de l’occasion pour en réaliser trois autres dans la foulée du premier, histoire de ne pas perdre les trois torons restants du cordage en quatre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.