Tailler les voiles, leur donner une forme par l’assemblage des laizes, les garnir de renforts et de ralingues, est l’art du maître-voilier, Les gabiers qui montent dans la mâture, les matelots affectés à la manœuvre des voiles, utilisent le même vocabulaire que lui pour désigner chacune d’elles. A ces noms s’ajoutent ceux des espars qui les portent, ceux des pièces d’accastillage, des cordages et amarrages qui permettent de les gréer et de les manœuvrer.

 

 

Abord (voile amurée en), Tack to windward (sail with) – Se dit d’une voile dont le point d’amure est placé sur le bord au vent de la coque et non dans son axe.

 

Agrès, Rigging – Désigne le gréement, l’ensemble des poulies, manœuvres, voiles et vergues. Terme peu utilisé.

 

Aiguille, Roping needle – Navette en bois sur laquelle on enroule le fil à voile.

 

Aiguilletage, Rose lashing – Action de relier à l’aide d’un petit cordage, l’aiguillette, deux objets terminés par un œil, un œillet, une bague.

 

Ailes de pigeon, Skysails – Voiles triangulaires transversales, établies au-dessus du cacatois, de part et d’autre du mât.

 

Aman, Runner – Terme méditerranéen désignant l’itague de drisse sur une antenne latine.

 

Amaper, To furl – Serrer fortement une voile contre sa vergue. Synonyme de ferler.

 

Amure, Tack – Le point d’amure d’une voile est le coin inférieur du guindant (côté le plus en avant de la voile). On dit que le bateau est bâbord amure lorsque ce point reçoit le vent depuis bâbord; tribord amure lorsqu’il le reçoit de tribord.

 

Amurer, To board the tack – Amarrer une voile par son point d’amure.

 

Angéline – Terme provençal. Voile de flèche des bateaux méditerranéens à antenne, telles les tartanes.

 

Apiquer, To peak – Dresser plus ou moins verticalement le pic d’une voile à corne ou la vergue d’une voile au tiers.

 

Aplester, To set – Déployer et établir une voile. Terme ancien.

 

Appléter, To set – Tendre convenablement une voile, synonyme d’étarquer.

 

Ariser, To pull down a reef – Diminuer la surface de la voile en prenant des ris.

 

Artimon, Mizen sail – Voile établie sur le mât d’artimon.

 

Aurique, Fore-and-aft sails – Désigne l’ensemble des voiles à quatre côtés, généralement en forme de trapèze, qui ont pour caractéristique, par rapport aux voiles carrées, de recevoir le vent toujours par le même bord d’artaque, le guindant ou chute avant. Leur point d’amure et leur point d’écoute ne sont pas interchangeables. Le groupe des voiles auriques comprend: les voiles au tiers, à livarde et à corne. Aujourd’hui, à tort, on qualifie parfois d’auriques, les seules voiles à corne.

 

Bagues, Ring hanks – Cercles métalliques fixés sur la ralingue de guindant d’une voile, coulissant sur la draille, lorsqu’on la hisse ou qu’on l’amène.

 

Balancine, Topping lift – Manœuvre servant à soutenir un espar. Les vergues de voile carrée ont une balancine à chaque extrémité ; sur les gréements à corne et bermudien, la balancine part du capelage des haubans pour aller jusqu’à l’extrémité de la bôme. Elle permet de maintenir celle-ci horizontale pendant les prises de ris.

 

Baraquette, Fiddle block, sister block – Poulie à deux réas superposés dans le sens de la longueur, également nommée poulie vierge.

 

Battant, Length (of luff, head, leach, foot) – Bordure d’une voile aurique ou d’un foc; à l’origine ce mot s’applique à un pavillon pour indiquer sa longueur battante au vent.

 

Bermudien, Bermudian fig (bermuda or bermudan) – Originaire des îles des Bermudes, le gréement bermudien, très largement adopté par la plaisance, est caractérisé par une grand-voile de forme triangulaire, hissée le long d’un mât souvent très haut.

 

Boire le mou, To pucker – Faire disparaître la différence entre deux laizes d’inégale longueur, grâce à une couture d’assemblage qui absorbe peu à peu l’excès : c’est le contraire de donner de l’embu.

 

Bonnette, Studding sail – Voile utilisée pour augmenter la surface de voilure, soit à côté d’une voile, soit sous elle. La bonnette peut être volante, ou maillée lorsqu’elle est portée pendant une longue période.

 

Bordure, Foot of the sail – Côté inférieur de la voile. La ralingue de bordure est nommée bordure de fond.

 

Bouline, Bowline – Cordage frappé sur le côté d’une voile carrée ou au tiers, destiné à agir sur sa ralingue afin de la porter plus au vent. On dit aller à la bouline.

 

Bourcet-malet, Lugsails with standing lug mizzen – Type de gréement équivalant à celui de misaine-tapecul, originaire de la Manche et de la mer du Nord; il comporte deux mâts gréés au tiers avec une grand-voile dite de bourcet, une voile de malet dépassant sur l’arrière, bordée sur une queue-de-malet, et un foc à l’avant, sur un long bout-dehors. Les bateaux berckois, les sauterelliers, les étadiers, sont ainsi gréés.

 

Bragot – Filin formant une boucle fermée par une épissure autour de l’antenne d’une voile latine; il termine la drisse d’antenne à sa partie supérieure, et correspond au point de suspension de l’antenne.

 

Braguet, Breeching, topmast heel rope – Cordage amarré dans les haubans de part et d’autre du mât de flèche, destiné à le soutenir lorsqu’il est calé.

 

Branches, Bowline bridle – Petits cordages disposés en patte d’oie et réunis en un point; les branches d’une bouline, par exemple.

 

Bras, Brace – Cordage servant à brasser les vergues, c’est-à-dire à les orienter horizontalement.

 

Brigantine, Spanker, driver – Voile à corne du mât d’artimon des gréements carrés. C’est aussi la grand-voile d’un brigantin.

 

Brin, Thread, fibre – Qualité de la toile à voile; premier brin: première qualité. Correspond, à l’origine, aux fibres du chanvre, le chanvre de premier brin est celui qui a les plus longues fibres. Un matelot de premier brin est un homme de qualité.

 

Burin, Fid – Gros épissoir droit en bois, qui permet d’ouvrir un œil, ou d’agrandir (on dit: buriner) l’ouverture d’une patte ou d’une estrope.

 

Cacatois, Royal – Petite voile carrée située au-dessus du perroquet sur un gréement carré.

 

Cagnard, Weather cloth, dodger – Sorte de prélart: forte toile servant d’abri.

 

Calebas, Downhaul – Synonyme de hale-bas, désigne le cordage frappé au point de drisse d’une voile, utilisé pour l’abaisser ou l’amener.

 

Caliorne, Tackle – Gros palan composé de fortes poulies à trois réas.

 

Candelette, Fish tackle – Palan plus petit que la caliorne, dont la poulie inférieure porte souvent un croc.

 

Car, carnal, carneau, Main tack of a lateen sail – Angle inférieur d’une voile latine; c’est également la partie inférieure de l’antenne.

 

Cargue, Brail – Cordage destiné à ramasser une voile contre le mât ou la vergue afin de réduire instantanément sa surface; c’est une manœuvre faisant retour au mât ou à la vergue après être passée dans la ralingue de la voile.

 

Cargue-point, cargue-bouline, cargue-fond, Clew Une, leech Line, buntline – Cordages servant à la manœuvre des voiles carrées et de leurs vergues, en liaison avec les écoutes, les boulines, les balancines er les drisses, et plus précisément à déployer ou soustraire voiles à l’action du vent.

 

Carré, Square – L’adjectif s’applique aux voiles de forme trapézoïdale établies en travers du mât. Les côtés d’une voile carrée sont: en haut l’envergure, en bas le fond ou bordure et, de chaque côté, la chute, sur laquelle on agit grâce à la bouline. Chaque chute est alternativement portée au vent au changement d’amure.

 

Cartahu, Girtline, gantline – Filin mobile passant dans une poulie fixe, sur lequel on agit pour hisser un objet. Si le cartahu est double, l’objet à soulever est croché dans une deuxième poulie qui est mobile.

 

Chiquer, Harden up the bobstey tackle – De “chique”: bout-dehors; apiquer le bout-dehors vers le bas. Mor utilisé dans la région d’Etretat.

 

Chiquet, Lining, doubling – Doublage de renfort des empointures d’une voile.

 

Chute, Leech, leach – Côté arrière d’une voile. Les voiles carrées ont une chute de chaque côté.

 

Civadière, Spritsail, watersail – Voile carrée gréée sous le beaupré des vaisseaux.

 

Clin-foc, Flying jib – Foc volant, poussé à l’extrémité du bout-dehors grâce à un rocambeau, et dont le point de drisse est établi au point le plus haut du mât.

 

Contre-cacatois, Skysail – Petite voile établie au-dessus des cacatois, ayant la même forme que ceux-ci.

 

Contrepoint, Doubling – Morceau de ralingue mis en renfort (on dit : merliné), près d’une empointure de voile.

 

Cosse, Thimble – Anneau rond en métal comportant une gorge pour une estrope; la cosse sert à protéger l’œil de l’usure.

 

Couillard, Buntline – Raban de ferlage d’une voile carrée, fixé en patte d’oie sur le milieu de la vergue.

 

Coulisseau, Slide – Pièce métallique courant sur un rail : le coulisseau dans lequel passe l’écoute glisse sur le rail fixé sur le pont.

 

Courant, Running – Extrémité mobile d’une manœuvre sur laquelle on peut agir pour hisser, étarquer, border.

 

Coutelas, Top mast studding sail – Polacre établie en travers, en Méditerranée.

 

Couture, Seam – Les voiles sont composées de bandes de toiles, les laizes, assemblées par des coutures. Différents points sont utilisés en voilerie: le point broché pour une couture plate et le point piqué pour l’assemblage des laizes; le point debout pour une couture ronde sur les bords et la ralingue; le point de videlle pour les accrocs.

 

Croissant, Saddle, swivel – Ferrure en forme de croissant sur laquelle est fixé le palan d’écoute d’une bôme à rouleau, afin que celle-ci puisse tourner lorsqu’on réduit la voile.

 

Davant, Tack tackle – Palan de devant, ou palan d’amure sur les gréements latins.

 

Défoncer, Carry away – Action du vent ayant déformé ou crevé une voile.

 

Dégréer, Ta unrig – Opération qui consiste à enlever la voilure er, éventuellement, les manœuvres courantes et dormantes.

 

Désenverguer, déverguer, Ta unbend – Libérer une voile de sa vergue, de sa corne, de sa bôme ou du mât, bien que le mât et la bôme ne soient pas des vergues. Le foc est, quant à lui, dédraillé. On dit plutôt dégréer lorsqu’il s’agit de retirer la voile mais aussi les manœuvres courantes et le pouliage.

 

Diablotin, Mizzen-tapmast-staysail – Voile d’étai placée au-dessus du foc d’artimon er de la marquise d’un grand voilier.

 

Donner de l’embu, Eating – Prévoir un excédent de longueur de toile avant d’assembler deux tissus d’élasticité différente, ou un tissu er un cordage, afin de compenser par des petits plis prévus à l’avance, la différence de souplesse.

 

Dormant, Standing part – Extrémité fixe d’un cordage, d’un câble, d’une manœuvre : le dormant de l’écoute de foc est fixé au point d’écoute.

 

Dragon, Flying jib, jib topsail – Nom donné au foc volant établi entre l’extrémité supérieure du mât er l’extrémité du bout-dehors, sur les goélettes er petits bâtiments. On dit : foc-dragon, clin-foc.

 

Draille, Stay – Cordage ou filin sur lequel courent des bagues ou mousquetons garnissant le guindant d’un foc, d’une trinquette ou d’une voile d’étai, L’étai peut servir de draille.

 

Drisse, Ha/yard – Cordage servant à hisser voiles et vergues.

 

Drosse, Truss – Cordage raidi au moyen d’un palan, qui maintient le milieu d’une basse-vergue ou d’une antenne contre le mât. Sur les tartanes, la drosse d’antenne est parfois appelée sourde.

 

Echancrure, Roach – Courbe concave d’une voile sur l’un de ses côtés.

 

Ecoute, Sheet – Cordage frappé à l’angle inférieur arrière d’une voile (c’est son point d’écoute) et permettant de l’orienter. On hale sur l’écoute, on l’embraque, pour border la voile, et d autant plus que Ion veut remonter contre le vent. Mollir l’écoute, c’est lui donner du mou, la choquer, pour déborder la voile.

 

Elingue, Sling – Filin passé autour d’un objet afin de le hisser à l’aide d’un palan.

 

Embroy, Brails – Mot provençal désignant la cargue des voiles latines.

 

Empointure, Earing – Chacun des angles supérieurs d’une voile enverguée. Les empointures de ris sont les extrémités d’une bande de ris.

 

Enverguer, Ta bend a sail – Fixer une voile sur sa vergue. Par extension, on dit aussi enverguer un foc sur une draille, et une voile bermudienne sur le mât.

 

Envergure, Head – Côté par lequel une voile est fixée à sa vergue.

 

Erse, Strop, strap – Anneau de cordage ou de filin, formé par la réunion de ses deux bours, par une épissure, ou par un commettage.

 

Ersiau, erseau, Grummet, grammet – Petite bague en cordage destinée à entourer un œil de pie, pour renforcer la toile.

 

Estrangue car – Mot provençal désignant le cargue-fond d’une voile latine.

 

Estrope, Strop – Erse en cordage ou en métal, entourant une poulie, er dont les deux extrémités sont réunies pour former un œil qui sert à la suspendre ou à la fixer,

 

Etarquer, To hoist, to set up halyards – Raidir autant que possible une drisse et donc le guindant d’une voile.

 

Etrangloir, Throst brail – Cordage servant à serrer une voile contre sa vergue ou son mât. Synonyme de cargue.

 

Fanons, Belly of a sail – Parties pendantes en guirlande d’une voile carrée entre ses cargues.

 

Fardage, Top hamper, windage – Sur­faces de coque, de superstructures, de mâ­ture donnant prise au vent, et ayant pour effet d’augmenter la dérive du bateau.

 

Fausse amure, Preventer tack – Amu­re supplémentaire en prévision du mau­vais temps. Autre sens: faire route sur le mauvais bord (with forelug aback), en ayant la vergue d’une voile au tiers sur le mât.

 

Fausse écoute, Reef cringle at leach – ­Ecoute supplémentaire de mauvais temps, ou pour prendre un ris.

 

Filoir, filoire, Sheet fairlead – Petit conduit: margouillet, ou piton vissé dans le pont, dans lequel passe un cordage. Filoir d’écoute.

 

Fisherman, Fisherman staysail­ – Voile d’étai, placée entre le de misaine et le grand-mât les goélettes.

 

Fixe, Standing topsail – Voi­le inférieure d’un hunier double dont la vergue est fixe.

 

Flèche, Gaff topsail – Voile établie au-dessus de la grand­-voile dans l’espace compris entre la corne et le haut du mât. Il peut être triangulaire ou carré, avec ou sans vergue, à balestron.

 

Foc, lib, staysail – Chacune des voiles d’étai triangulaires, établies en avant du mât. Un yacht dispose de focs de diffé­rentes dimensions, utilisés en fonction de la force du vent : grand foc, foc moyen, petit foc et tourmentin pour le mauvais temps. Le foc ballon, de grandes dimensions, et ayant beaucoup de creux, est établi aux allures portantes. Le gé­nois est un très grand foc plat. Sur un gréement latin, le foc se nomme polacre.

 

Forcer, To crowd – Terme de voilerie: contraindre une couture à prendre une forme concave par variation du recou­vrement de deux laizes.

 

Fortune, Square foresail – Voile carrée volante, établie par beau temps sur le mât de misaine des goélettes ou sur le grand­mât des cotres, sloups, dundées …

 

Fougue, Mizzen topgallant sail – On appelle “perroquet de fougue” le hunier d’artimon.

 

Fourco – Terme provençal, désignant un espar gréé d’un palan qui réunit le bas de l’antenne au pied de mât.

 

Frotter, frottoir, To rob, raboer – Ter­me de voilerie: rabattre la toile d’une voile avec un outil servant à aplatir la couture, le frottoir, pour former un ourlet ou une gaine.

 

Gaine, Tabling, doubling­ – Large ourlet autour d’une voile, réalisé en repliant la toile ou en rapportant une bande de tissu, avant de poser la ralingue.

 

Garant, Fall – Cordage d’un palan, passant le réa des poulies.

 

Garcette, Gasket, tier – Petit filin, plus moins long, ser­vant à un amarrage: les garcettes de ris servent à amarrer la partie de la voi­le que l’on veut soustraire au vent.

 

Garde, Vangs­ – Palan ou cor­dage destiné à retenir un es­par et à l’em­pêcher de prendre du ballant.

 

Garniture, Chafing gear – Protection contre les frottements ou l’usure, réalisée avec un limandage ou du bitord. On nomme également ainsi l’ensemble des poulies, manœuvres, capelages d’un mât ou d’une vergue.

 

Gênes (foc de), génois, Genoa jib, gennaker – Grand foc plat établi en tête de mât, passant à l’extérieur des haubans et bordé très en arrière du mât.

 

Grand-voile, Mainsail – Voile princi­pale portée par un voilier à mât unique, ou par le plus grand mât du bateau; par­fois désignée par un autre nom selon le type de gréement.

 

Gréement, Rigging – Ensemble des mâts, vergues, voiles, cordages, poulies, d’un ba­teau. Le gréement courant (running rig­ging) comprend l’ensemble des cordages utilisés pour établir et orienter les voiles et espars: drisses, écoutes, bras, balancine … Le gréement dormant (standingrigging) est fixe et sert à maintenir la mâture.

 

Gueurde, Tripping line – Terme verna­culaire : palan de hale-breu, permettant de soulever la bordure des voiles carrées des chalands de Loire.

 

Gui, Gaff sail boom – Espar inférieur d’une voile à corne, synonyme de bôme.

 

Guidon, Pennsnt, burgee – Pavillon en pointe porté en haut du grand mât, marqué au signe du propriétaire, ou de la société de régate.

 

Guindant, Hoist, luff – Côté avant d’une voile.

 

Guinderesse, Topmast heel rope – Cordage utilisé pour guinder (élever) un mât supérieur : mât de flèche, de hune ou de perroquet.

 

Hale, Bias – On dit qu’une laize de toi­le à voile a du hale lorsque la trame n’est plus perpendiculaire au liseret.

 

Hale-à-bord, Inhsul, outhaul – Corda­ge servant à ramener un objet ou une voi­le à bord, tel un foc qui est amuré sur un rocambeau. On dit aussi: hale-dedans.

 

Hale-bas, Down-haul – Cordage ou pa­lan servant à tirer vers le bas une voile ou un espar. Le hale-bas de foc, frappé au point de drisse, sert à amener cette voile. Le hale-bas de bôme empêche celle-ci de se relever quand le vent creuse la voile.

 

Hale-bren, Nave line, tricing line – Petit cordage travaillant à l’inverse du hale-bas.

 

Hanet, Reef point – Garcette frappée sur un taud et permettant de l’amarrer. Garcette de ris.

 

Houari, Gunter sail – Voile aurique dont la corne, très apiquée, prolonge le guindant jusqu’à former une voile presque triangulaire.

 

Hunier, Topsail – Voile carrée portée, au-dessus des voiles basses. Parfois syno­nyme de flèche.

 

ltague, Pendant – Cordage ou plus sou­vent un câble, toujours en simple, ser­vant à hisser, et sur lequel on agit à l’ai­de d’un palan.

 

Jarretières, Ribbands, tiers – Rabans plats tressés permettant de serrer une voi­le contre sa vergue. Elles sont parfois cousues sur la gaine des voiles.

 

Laize, CIoth, boIt of cloth – Pièce de toile dont la largeur dépend du tissage; pour confectionner une voile on as­semble des laizes entre elles.

 

Langue, Reinforeement – Renfort tri­angulaire de voile, cousu près de la ra­lingue de chute.

 

Latin, Lateen rig – Type de gréement méditerranéen, composé de voiles trian­gulai res enverguées sur une an renne.

 

Lattes, Sail battens – Planchettes étroites et minces, introduites dans un gousset, pour donner plus de rond à la chute d’une voile.

 

Lève-nez, Tricing line – Cordage qui sert à lever le point d’amure d’une voile pour permettre par exemple au barreur de mieux voir devant.

 

Lis, liseret, Edge, tabling – Bord de la laize d’une toile à voile.

 

Livalof – Terme vernaculaire normand, désignant une main de fer fixée sur la tête d’étambot pour recevoir le palan d’écoute.

 

Livarde, Spritsail – Ce mot désigne à la fois une voile de type aurique, la voile à livarde, ainsi que l’espar (balesrron ou li­varde) qui sert à élever et tendre diago­nalernent cette voile.

 

Mangeovent, manjo-vènt – Tour­mentin, sur les bateaux latins.

 

Manœuvres (courantes et dormantes), Running and standing rigging – Les ma­nœuvres courantes sont destinées à recevoir l’action de l’homme par l’intermédiaire d’une poulie, d’une cargue, d’une bouline, par opposition aux manœuvres ou cor­dages dormants, amarrés à chaque extré­mité, qui servent à la renue de la mâture.

 

Maraboutin – Mot désignant, en Pro­vence, la voile de cape des bâtiments latins.

 

Marchepied, Foot rope – Cordage pla­cé sous une vergue de grand voilier, sur lequel les gabiers calent leurs pieds pour établir ou serrer la voile.

 

Marconi, Bermuda mast – Mât très haut utilisé dans le gréement bermudien, ainsi nommé parce qu’il ressemble à un pylône de la TSF dont l’inventeur fut Marconi.

 

Margouillet, Wooden thimble, bull’s eye – Anneau en bois esrropé à l’exté­rieur, servant de conduit à un cordage; on dit aussi filoir,

 

Marlink – Terme vernaculaire désignant, sur les bateaux bretons gréés au tiers, un espar volant utilisé comme bras de levier pour étarquer la drisse. Voir merlan.

 

Marquise, Mizzen-topmast-staysail­ – Voile d’étai située au-dessus du foc d’ar­timon d’un grand voilier.

 

Martinet, Peak halyard – Cordage fai­sant office de balancine pour tenir la cor­ne plus ou moins apiquée.

 

Matafian, Roband, lacing – Mot pro­vençal pour désigner les rabans d’enver­gure sur les voiles latines.

 

Méjane, Lateen mizzen – Voile latine la plus en arrière, comme un tapecul, sur les bateaux latins. On dit aussi mitjana.

 

Mestre, Lateen mainsail – Grand-voi­le latine d’un bateau méditerranéen.

 

Minot, Tackpiece, bumkin – Arc-boutant servant à porter l’amure de misaine vers l’avant. Sorte de bout-dehors.

 

Misaine, Forelug, foresail – Voile prin­cipale portée sur le mât de misaine. Sur les grands voiliers il s’agit de la basse-voile car­rée. Sur une goélette c’est une voile à cor­ne. Sur les canots à misaine, les chaloupes et bisquines, c’est une voile au tiers.

 

Moque, Heart, lizard – Bloc de bois, percé d’un trou et estropé à l’extérieur comme une poulie, servant au passage d’un cordage. Il se distingue du mar­gouillet par sa forme allongée.

 

Mousqueton, Snap hook, carabiner hook – Bague ouvrante, fixée sur le guin­dant d’un foc et coulissant sur la draille pour le hisser ou l’amener.

 

Mouton – Terme vernaculaire dési­gnant le palan d’amure d’une voile lati­ne frappé sur le quart.

 

Nerf, Reinforeement – Ralingue per­mettant de renforcer la chute d’une voi­le latine et, par extension, petite ligne posée sur la chute d’une voile sans ra­lingue (tricing fine), permettant de régler le creux.

 

Œil, Eye, cringle – Boucle confection­née sur un cordage. L’œil, généralement épissé, peut être renforcé par une cosse.

 

Œil de pie, Eyelet – Couture circulaire, effectuée autour d’un trou (l’œillet) prati­qué dans une voile, garnie d’un erseau en fil à voile ou d’un anneau en métal; on peut y passer une garcette, un raban, un filin. L’oeil de pie peut être prolongé sur la toile par une queue

 

Œillet, Eyelet – Petite ouverture circu­laire dans laquelle passe un cordage. Le bord est renforcé par la confection d’un œil de pie ou la pose d’un œilleton mé­tallique. Ce mot est souvent utilisé com­me synonyme de œil de pie.

 

Œilleton, Grommet, earing – Cou­ronne en laiton enserrant la toile, com­posée de deux éléments, mâle et femelle, posés à l’aide d’une matrice.

 

Orse-poupe – Manœuvre frappée à l’extrémité du quart (partie basse) de l’antenne d’une voile latine pour en contrôler l’inclinaison. L’orse-poupe fait retour vers l’arrière du bateau.

 

Oste – Simple hale-bas frappé dans la partie supérieure de la penne, faisant of­fice de palan de garde sur un gréement latin.

 

Outils (de voilier), Sail-makers’ tools­ – Pour réaliser une voile, le voilier utilise des aiguilles spéciales en acier finement poli: aiguilles à voile, à œillets, à merliner, à ra­linguer, à basaner; il pousse sur l’aiguille à l’aide de la paumelle en cuir, re­couverte d’une petite plaque d’acier. Assis sur son banc de voi­lier, il retient et tend la toile avec le croc (hook) ; avec le frottoir (rubber) il forme les plis, avec les poinçons (awl, punch) il perce la toile avant de poser un œillet. Il utilise aussi le maillet et une ré­glette appelée biquette.

 

Overlope, overloop, Horse, main horse – Grande barre d’écoute fortement ar­rondie des bateaux de mer du Nord.

 

Palan, Tackle – Ensemble composé de deux poulies et d’un cordage, le garant, servant à démultiplier l’effort; la force du palan est proportionnelle au nombre de réas des poulies. On utilise des palans tant sur les drisses que sur les écoutes.

 

Palanquin, Burton – Petit palan utilisé sur les huniers pour rapprocher de la vergue la cosse d’empointure de ris.

 

Pantoire, Winding tackle – Cordage ou filin faisant dormant, dont l’extrémité libre porte une poulie, une cosse, ou un margouillet, dans lesquels passe une ma­nœuvre courante.

 

Papillon, Skysails – Voile légère établie au-dessus des contre-cacatois sur les grée­ments carrés. Parfois synonyme de contre-cacatois.

 

Passeresse, Brail – Fort cordage placé en renfort de la ralingue de guindant d’une voile au tiers en Bretagne Sud; la passeresse, crochée sur le pont et fixée en bout de vergue, supporte tout l’ef­fort de tension. Autre acception: filin servant de guide provisoire pour le passage d’une ma­nœuvre courante dans une poulie ou un clan.

 

Patte, Cringle – Cordage dont les deux extrémités sont greffées sur un autre cor­dage, par exemple une ralingue, par une épissure et forment une pane: pane d’oie, pane de bouline.

 

Patte à cosse, Eyeletting – Pane courte réalisée en filins re­cordés, greffée sur une ralingue, pas­sant dans deux œillets, et garnie d’une cosse. Les panes à cosse sont utilisées aux points d’amure, d’écoute et aux empointures de ris.

 

Paumelle, Palm – Dans les travaux de voilerie, protection en cuir passée autour de la main, servant de dé au creux de la paume, pour pousser l’aiguille.

 

Paumoyer, To underrun – Action qui consiste à empoigner la toile lorsqu’on la serre sur sa vergue; c’est aussi haler (ouer­haut) sur un cordage.

 

Pavillon, Rag, ensign – Nom donné en marine aux différents drapeaux de forme rectangulaire (le mot drapeau n’est jamais employé). Outre le pavillon national existent des pavillons d’arrondissement, des pavillons d’armateur, des pavillons de code, alphabétiques et numériques, per­menant de communiquer à distance.

 

Penon, Tell tale – A l’origine, ‘plume ser­vant de girouette, fixée dans les haubans devant l’homme de barre. Aujourd’hui, des bandes d’étoffe légère en tiennent lieu. Autre sens: tangon en provençal.

 

Perroquet, Top gallant sail – Voile car­rée située au-dessus du hunier sur un grand voilier.

 

Perruche, Mizzen top gallant sail – Voi­le carrée surmontant le perroquet de fougue sur le mât d’artimon d’un grand voilier.

 

Phare, Square sa ils – Ensemble des voiles carrées portées par un même mât sur un grand voilier.

 

Placard, Patch – Pièce de tissu cousue sur une voile pour recouvrir un trou ou renforcer une zone d’usure.

 

Point, Corner of a sail – Angle d’une voile (on ne dit pas coin) : point d’amu­re (tack clew), point d’écoute (throat clew), point de drisse (peak, head clew).

 

Pointue (voile), Bermudan sail – Nom parfois donné sur nos côtes aux voiles tri­angulaires berrnudiennes.

 

Polacre, poulaque, Lateen jib – Voile d’avant des bateaux latins. Elle est enver­guée sur une antenne et portée sur le mât avant, lorsque le bateau a deux mâts; c est aussi un foc lorsque le bateau n’a qu’un seul mât.

 

Pouillouse, Main staysail – Grand-voi­le d’étai, appelée parfois charbonnière, entre le grand mât et le mât de misaine d’un grand voilier. Autrefois voile en très forte toile, utilisée dans le mauvais temps. La pouillouse, située au-dessus de la cuisine, était toujours sale!

 

Pouliage, The blacks – Ensemble de toutes les poulies utilisées pour le grée­ment.

 

Prélart, Tarpaulin – Grosse toile im­perméable destinée à couvrir les pan­neaux, objets, drôme pour les protéger de la pluie ou des embruns. On pro­nonce prélat.

 

Raban, Roband, line – Petit cordage uti­lisé pour saisir ou amarrer: raban de fer­lage pour serrer une voile contre sa vergue.

 

Rabanter, To tie, bend – Passer des ra­bans afin de saisir ou de fixer un objet, une voile, à la place souhaitée.

 

Rabattue (couture), Cord seam, fiat seam – Couture ‘dont le rabat de la pre­mière laize forme, avec le rabat de la deuxième, une couture plate.

 

Ralingue, Boltrope – Cordage de ren­fort cousu sur les bords de la voile pour absorber l’effort exercé sur la toile.

 

Réa, rouet, Shea­ve – Disque en bois ou en métal creusé d’une en­goujure, qui tour­ne sur un axe dans la caisse de la poulie.

 

Renfort, Li­tiing – Mor­ceau de toile en double ou en triple, placé sur une voile pour la renfor­cer là où elle doit subir de ferres tractions, ou pour la protéger des frottements.

 

Retenue, Guy, vang – Manœuvre vo­lante permettant de retenir un objet ou un espar: la retenue de bôme empêche l’empannage par vent arrière.

 

Rideau, Curtain – Voile dont l’envergure il est pas transfilée, mais court le long d’un chemin de fer, ce qui permet de la carguer contre le mât sans amener la corne.

 

Ringot, Becket – Œil d’une poulie, entre l’estrope et le cul de la caisse, dans lequel passe le dormant d’un palan.

 

Ris (bande de), Reef points – Rangée de garcettes permettant de diminuer la sur­face d’une voile et de l’adapter à la force du vent. On dispose d’une ou plusieurs bandes de ris.

 

Rond, Round – Arronrli convexe des côtés de la voile obtenu par des coutures forcées.

 

Rouleau, Patent reefing gear – Ferrure dentée équipée d’un cliquet, sur le vît-­de-mulet, permettant à la bôme de tour­ner sur elle-même afin d’y enrouler la voile pour en réduire la surface. La bôme à rouleau évite l’emploi des ris.

 

Spinequal, jib – Terme vernaculaire dési­gnant le grand foc des barques normandes.

 

Spinnaker – Voile d’avant, en tissu lé­ger, très creuse, en forme de parachute, et utilisée aux allures portantes; elle ne comporte pas de point d’amure mais un point de drisse en tête de mât, un point d’écoute et un point de retenue de tan­gon. Sur les voiliers traditionnels on uti­lise un foc ballon.

 

Tablier, Toplining – Renfort dont on re­couvre la partie arrière d’un hunier à l’endroit où la voile porte contre la hune.

 

Taillevent, Lug mainsail – Grand-voi­le au tiers amurée en pied de mât sur les chaloupes, lougres, chasse-ma­rée. A l’origine, il s’agissait de la voile de cape ou de louvoyage, utilisée en remplacement de la grand-voile amurée en abord.

 

Tanner, To tan, to bark – Enduire ou tremper les voiles, à chaud ou à froid selon la métho­de utilisée, dans une décoction destinée à les protéger des agressions et à assurer leur longévité. On utilise pour cela le cachou, l’ocre, l’écorce de chêne …

 

Tapecul, Mizzen sail – Voile établie sur le mât de même nom, situé en arrière du gouvernail de certains bateaux: yawl, cotre à tapecul.

 

Têtière, Head of a sail – Syno­nyme d’enver­gure sur une voile carrée : partie supérieu­re. C’est aussi une pièce de bois ou de mé­tal triangulaire, posée en renfort à l’extrémité supérieure d’une voile ber­mudienne et parfois d’un foc.

 

Tiers, Lugsail, standing lugsail – Voi­le aurique établie sur une vergue, dont la drisse est frappée au tiers de sa lon­gueur, une partie de la voile se trouvant donc sur l’avant du mât; elle est utili­sée sur les canots à misaine, chaloupes, lougres, etc.

 

Toile à voile, Canvas, sailcloth – Tissu utilisé pour la confection des voiles: chanvre, coton, lin, tissus synthétiques. Chacune des largeurs de toile assemblées porte le nom de laize. Le mot toile est souvent utilisé dans le sens de voile.

 

Tourmentin, Storm jib, spifire jib – Pe­tit foc en forte toile gréé sur une draille, utilisé par mauvais temps.

 

Trait carré, Square-rigged ship – Grée­ment dont les voiles principales sont carrées.

Transfiler, To lace – Passer un petit cor­dage pour réunir deux objets, par exemple une voile à sa bôme ou à sa cor­ne ; le transfilage peut être un simple la­çage tournant, ou une série de demi-clés.

 

Trèfle, Spectacle clew – Ferrure d’écou­te comprenant trois parties arrondies.

 

Tréou – Voile carrée des bateaux latins, portée dans le mauvais temps.

 

Trinquet, Fore lateen sail – Voile d’avant portée sur le mât de trinquer des bateaux latins; par extension, nom don­né au petit foc d’un bateau dépourvu de ce mât.

 

Trinquette, Staysail – Nom donné au foc le plus proche du mât avant, lorsqu’il y a plusieurs focs; la trinquette est éta­blie sur un étai.

 

Van (contre-van) – Terme vernaculaire provençal, désignant le bras qui retient le penon (tangon) de coutelas sur les tar­tanes à voiles latines.

 

Videlle, Herringbone stitch – Répara­tion d’une voile déchirée, par un point double dit de videlle.

 

Violon, Reefing cleat of a boom – Planche en saillie sur la bôme, percée de trous, dans lesquels on fait passer un cor­dage destiné à la prise de ris. Une poulie à violon (longtackl.e block), par comparai­son avec la forme de l’instrument, renfer­me dans sa caisse deux réas superposés.

 

Voile, Sail – Destinée à propulser le ba­teau, une voile est un assemblage de laizes de toile, bordé de ralingues. Il en est de différents types : voiles au tiers, voiles à corne, voiles à livarde, voiles la­tines … et chacune d’elles porte un nom spécifique qui est fonction du gréement du bateau et de son emplacement.

 

Voilerie, Sailmaking – Art de confec­tionner les voiles, tauds, prélarts, prati­qué par un maître-voilier; ce mot désigne également l’atelier où ils sont réali­sés. On utilise traditionnellement, pour les travaux de voilerie, la toile de chanvre, de lin, de coton et aussi aujourd’hui le tergal et autres matériaux synthétiques. Les outils ou instruments du voilier sont la paumelle, le crochet, l’épissoir, le bu­rin, etc. Les aiguilles qu’il utilise sont de taille, de forme et de grosseur différentes, rondes, ou triangulaires comme les ai­guilles à merliner et à ralinguer. Le fil à voile (sail twine) est formé par la torsion de deux ou trois fils de caret en chanvre, goudronnés ou non, de très petites di­mensions : de 2 à 4,5mm. Le fil de ca­ret (rope yarn) est aussi employé pour les petites ligatures.

 

Volant, Shijting, handy – Se dit d’un cordage ou d’un palan disponible, utili­sable suivant les nécessités de la ma­nœuvre. Pour une voile, le terme de vo­lant (flying) indique qu’elle n’est pas fixe, par exemple un hunier volant dont la vergue peut être calée; un foc volant qui est envoyé sans être endraillé.

 

Wishbone – Espar en forme d’arceau, dont les deux branches courbes sont réunies aux extrémités. La voile se situe à l’intérieur du wishbone qui fait office de vergue.

 

Yankee, High eut jib – En yachting, foc plus petit que le génois, et dont le point d’écoute est haut placé.