Barque catalane

Longueur coque : 10,90 m

Largeur : 3,20 m

Tirant d’eau: 1 m avec le petit safran ; 1,90 m avec le grand safran

72 m2 de voilure

Parmi les types de bateaux méditerranéens qui ont survécu sur notre littoral, la barque catalane est sans conteste l’un des plus spectaculaires et des plus élégants. Ainsi explique sans doute le rôle prépondérant qu’elle a pu jouer dans le renouveau de la voile latine.

Des barques pour pêcher

Cette embarcation qui pratiquait les arts traînant (chalutage en bœufs) et dérivants (sardinal et anxove) est le fruit harmonieux d’un compromis entre les exigences de la voile, de l’aviron et du halage à terre. Ses lignes d’eau sont fines et plates, son tirant d’eau réduit, à l’exception du safran amovible dépassant largement la quille rectiligne flanquée de deux quilles d’échouage. Son faible franc-bord est rehaussé par des fargues percées de grands dalots pour évacuer rapidement l’eau recueillie sur un pont au bouge impressionnant. Son mât court, fortement incliné vers l’avant, porte une antenne si longue que la grand-voile suffit à la propulsion, la poulaque (petit foc) amurée sur le botalon (bout-dehors) ne jouant qu’un rôle épisodique, contrairement à la polacre provençale.

De Valence jusqu’à Marseille, tous les ports qui ont adopté la barque catalane lui ont imprimé leur marque. Ainsi, celle de Sète, appelée cetoia, est-elle réputée plus ronde et mieux défendue à l’arrière que ses sœurs catalanes. C’est précisément dans ce port, au chantier de Joseph Stento, que fut construite l’Espérance en 1952 qui s’appelait alors Li Enforo (l’amphore).

L’Espérance restaurée

Elle a été vendue à un pêcheur des Saintes-Marie-de-la-Mer et a travaillé une vingtaine d’années devant le delta du Rhône, principalement à la recherche du maquereau. Pendant l’été, elle allait à Port-Saint-Louis pour pêcher le thon à la ligne. Armée par M. Sellier, puis par un des ses amis du Grau-du-Roi, elle a été achetée en 1970 par un plaisancier. Elle est revendue neuf ans plus tard à un pêcheur, M. Taillet, qui s’en servira jusqu’à l’heure de sa retraite.

En 1989, Bernard Vigne découvre l’Espérance amarrée à une berge du Petit Rhône. Comme toutes les barques d’après-guerre, elle avait été motorisée dès l’origine. À l’époque, les constructeurs n’avaient pas encore changé leur habitudes et les pêcheurs pouvaient travailler à la voile ou au moteur. Et si Jean Sellier n’avait jamais fait l’acquisition d’un gréement, la solide emplanture de mât toujours à poste montrait que le bateau ne rechignerait pas à une telle mutation, même si le moteur était toujours là. L’Espérance avait en revanche perdu la sobriété de son pont à cause d’une timonerie et d’une disgracieuse plastification.

Avec deux amis, Robert Issalis et Gérard Brion, Bernard Vigne, commence à restaurer le bateau. Ils se sont d’abord attelés à la confection d’un gréement permettant de tenir le mât de 9 mètres et de hisser l’antenne de 15 mètres. Ils ont ensuite procédé à la réfection de la coque et du pont ; suppression de la timonerie, restauration des panneaux de cale, frottage, ponçage et peinture de la carène et des œuvres vives, dont les nouvelles couleurs vont souligner les lignes. Les premiers essais sous voile ont lieu à l’été 1990 sur l’étang de Thau.

Aujourd’hui

Lors d’un inventaire réalisé pour recenser les embarcations traditionnelles de Cerbère à Port Camargue par l’association Voile Latine de Sète et du Bassin de Thau, mis à jour en 2016, le bateau, basé à Sète, est répertorié comme naviguant régulièrement et participant aux événements maritimes de sa région.

Extrait du Chasse-Marée n° 56 : « Bateaux des côtes de France ».

« Pour un état des lieux des embarcations traditionnelles de Méditerranée » : http://inventaire.voilelatinesete.org/2015/12/08/esperance/