Les épissures d’extrémité

 

La tête-de-More et le cul-de-porc empêchent provisoirement un cordage de se décommettre. Poursuivi par une épissure, ils sont à l’origine des épissures d’extrémités. Une fois la tête-de-More ou le cul-de-porc bien souqué, on épisse les torons en remontant le long du cordage dans le sens inverse du commettage, jusqu’à réaliser au moins trois passes. Ces épissures en tête-de-More ou en cul-de-porc empêchent le cordage de se décommettre. On dit qu’elles le finissent.

Epissure

© Berrnard Ficatier

Très esthétique, elles ne sont pourtant pas adaptés à de multiples usages en raison de la surépaisseur qu’elles donnent au bout. Cette caractéristique préjudiciable à un cordage devant passer dans un filoir ou une poulie, peu au contraire être un avantage lorsqu’il s’agit de « marquer » un bout.

 

 

L’épissure indique ainsi au matelot l’extrémité imminente du cordage – ligne de sonde, orin d’un seau, etc. – en plus de lui fournir une prise. Envers du décor, ces prises peuvent être à la source de blessures aux mains quand le brin file très vite et qu’on a le (mauvais) réflexe de serrer au contact de cette surépaisseur de peur que le cordage échappe.

 

Epissure

© Berrnard Ficatier

Pour éviter une telle mésaventures, il sera souhaitable de finir l’ouvrage en queue-de-rat, technique qui consiste, dès la deuxième passe, à gratter chaque toron au couteau pour supprimer quelques brins. L’opération réitérée au fur et à mesure des passes, le diamètre des torons actifs diminue progressivement pour donner une épissure « noyée » dans le cordage. Pour éviter que les fils ne s’ébouriffent, chaque toron actif et enduit de suif ou de paraffine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.