Le cul de porc

 

Il s’agit en quelque sorte d’une tête-de-More à l’envers. Au lieu de placer chaque toron par-dessus le suivant jusqu’à faire entrer le dernier dans la boucle du premier, de manière à ce qu’il sorte vers le bas, on passe les torons par-dessous les suivants en faisant entrer le dernier dans la boucle du premier, mais vers le haut.

Epissure

© Berrnard Ficatier

 

Le cul-de-porc est plus solide que la tête-de-More pour une utilisation équivalente bien qu’il présente le désavantage de se défaire si on coupe les courants trop ras.

Epissure

© Berrnard Ficatier

Pour l’anecdote si on multiplie les culs-de-porc les uns après les autres, on obtient un scoubidou.

 

Epissure

© Berrnard Ficatier

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.