Epissure ronde longue

 

Moins solide que l’épissure carrée, elle a l’avantage de me présenter presque aucune surépaisseur. On l’utilise ainsi pour rabouter deux cordages où faire un cordage en boucle. Sur un bout à trois torons, le départ est le même que celui de l’épissure carré : surlier chacun des cordages à une distance de l’extrémité d’environ douze fois la circonférence du filin, décommettre les deux parties puis les rapprocher en engageant les torons.

Epissure

© Claude Hascoët

Arrivé à ce stade, on coupe une des surliures pour poursuivre le décommettage d’un des torons. Dans le vide ainsi laissé, il s’agit alors de recorder le toron correspondant de l’autre cordage en veillant à lui conserver sa propre torsion. Parvenu à son extrémité, on le relie au toron auparavant sorti à l’aide d’un demi-nœud en les croisant dans le sens du commettage. On introduit alors chacune des extrémités restantes sous deux torons cordés et on finit par une demi-passe, toujours sur deux torons.

 

On répète alors l’opération, mais cette fois-ci de l’autre côté. Quant aux deux torons restant au milieu, on les entrelace par un demi-nœud, avant de finir par une passe et une demi-passe sous de taureaux. Pour bien faire pénétrer chaque toron et aplatir les demi-nœuds, on termine en martelant doucement l’épissure au maillet. L’ensemble souqué, il suffit de couper à ras l’excédent des torons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.