Epissure carré

 

On l’utilise pour rabouter deux cordages sans trop de surépaisseur, ce qui évite les blocages et usures prématurées dans les réas de poulie. La première opération consiste à surlier chacun des cordages à environ douze ou quinze centimètres de leur extrémité, cette distance étant fonction du diamètre des boutes à épisser. Les deux cordages décommis jusqu’aux surliures, on les rapproche l’un de l’autre de telle manière que chaque toron de l’un passe entre deux torons de l’autre. Les bouts ainsi accouplés, on réalise au point de jonction une légère surliure qui permettra de retenir les torons engagés. On peut alors commencer l’épissure proprement dite.

 

Pour faciliter l’ouvrage, il convient d’épisser d’abord un côté plutôt que les deux en même temps. Par commodité, les torons passants seront dits « actifs » et ceux subissant les passages seront dits « passif ». Chaque toron se présentant déjà positionné par rapport à ceux d’en face, cet ouvrage est un des plus faciles dans la grande famille des épissures. Ainsi, on commence par passer le premier toron actif sur le toron passif en face duquel il se trouve, puis sous le toron facile suivant. On poursuit le travail de la même manière pour chaque toron jusqu’à avoir effectué au moins quatre passes, souquées au fur et à mesure. L’épissure terminée d’un côté, on peut attaquer la seconde en supprimant la petite surliure centrale dès le deuxième passage de chaque toron actif, l’occasion de souquer la liaison. L’ensemble achevé, il ne reste plus qu’à rouler l’épissure fortement entre les paumes pour que chaque toron on se positionne parfaitement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.