Chants à hisser

Ce sont sans doute les plus prenants et les plus caractéristiques des chants de marins. L’effort à fournir pour hisser une voile sur un grand navire à gréement carré étant trop considérable pour être soutenu, il doit être appliqué avec ensemble et par à-coups. Le chant permet de mieux coordonner et de fournir dans les cas difficiles un « coup de rien » supplémentaire. Les matelots anglais et américains ont consisté un riche répertoire de shanties à hisser.

L’alternance du solo et du chœur est fondamentale dans l’interprétation. Le meneur garde une certaine liberté rythmique pendant le solo pour maintenir la tension interne de la mélodie et pour faire monter la phrase jusqu’au refrain. Le solo est souvent terminé par une fausse note donnant le signal de l’effort.

Toute la bordée hale en reprenant le refrain en chœur. Selon le cas, on tire un ou deux coups. Le meneur peut attaquer le deuxième solo en anticipant la première note, qui se superpose alors à la dernière note du refrain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.