Indispensables aux marins sont les mots qui contribuent, de près ou de loin, à décrire la manœuvre des voiliers, leur comportement à la mer par tous les temps. Les commandements, les bonnes et mauvaises fortunes, le rôle de chaque homme d’équipage … La richesse de ce vocabu­laire est presque infinie. Voici une large sélection qui permettra de toujours trouver le mot juste et de l’utiliser à bon escient.

 

Abattage, Hesving down – Action d’abattre en carène : coucher le bateau à flot sur son flanc, à l’aide de palans, afin de faire émerger la carène pour son entretien.

 

Abattée, Bearing away – Mouvement de rotation d’un bateau, lorsque son étra­ve s’écarte du lit du vent, soit en route in­volontairement (volontairement, il s’agit d’une arrivée), soit, à l’appareillage, lors­qu’on porte le foc à contre pour faire abattre le bateau. Le contraire est auloffée.

 

Abattre, To bear away – Evoluer en s’écartant du lit du vent ; un voilier abat lorsqu’il passe de l’allure du près à celle du vent de travers.

 

Abordage, Collision – Rencontre invo­lontaire de deux navires qui se heurtent par manque de surveillance. Autrefois c’était aussi l’approche du bâtiment enne­mi pour l’attaquer bord à bord.

 

Aborder, To come alongside – S’ap­procher et aller au contact d’un quai, d’une cale ou d’un autre bateau. C’est aussi heurter (collide with) involontaire­ment un objet, un bateau.

 

Abraquer, embraquer, To haul taut, to take in the slack – Haler sur un cor­dage pour le tendre et récupérer le mou.

 

Accoster, To come alongside – Accos­ter à quai c’est venir le long d’un quai ou d’un autre bateau; accoster la terre, c’est s’en rapprocher.

 

Acculée, Looping, to make a stem­way – Brusque mouvement vers l’ar­rière d’un bateau frappé fortement par la mer. Voir culer.

 

Adonner, To come in favour, to veer aft­ – En parlant du vent, ce mot signifie qu’il devient plus favorable par rapport à la route souhaitée. Quand la brise adonne, le bateau peur loffer davantage. Ce verbe signifie également s’allonger, pour un cor­dage neuf soumis à une tension, ou pour la toile à voile lorsqu’elle est tendue.

 

Alidade, Index bar – Instrument à vi­sée pouvant pivoter sur un cadran gra­dué, qui sert à mesurer l’angle d’une di­rection donnée par rapport au Nord.

 

Alignement, Clearing line – Droite dé­terminée par deux amers vus l’un par l’autre, constituant un repère de navigation.

 

Alléger, To lighten ship, to ease – Re­tirer une partie du chargement d’un ba­teau pour diminuer son tirant d’eau; pour alléger un navire sur rade, on uti­lise les services d’un autre bateau nom­mé allège.

 

Allures, Trim, points of sailing – Rou­te suivie par un bateau par rapport à la direction du vent; les principales allures sont le plus près, le près, le près bon plein, le petit largue, le vent de travers, le largue, le grand largue, le vent arrière.

 

Affaler, To lower, to overhaul – Lais­ser descendre un objet par l’intermé­diaire d’un cordage auquel on donne du mou. On amène une voile ou une em­barcation mais on s’affale dans le canot. Contraire de haler, hisser.

 

Affolement, Perturbation – S’applique à l’aiguille aimantée ou à la rose du com­pas de navigation lorsqu’elle dévie sou­dainement.

 

Affourcher, To moor with two anchors ahead – Mouiller un bateau sur deux ancres dis­posées en V sur l’avant, pour assurer une meilleure tenue et limiter le rayon d’évitage.

 

Affranchir, To free, to pump a ship dry – ­En cas de voie d’eau, lorsqu’avec une pom­pe on retire l’eau du bateau plus vite qu’el­le n’y pénètre, on dit qu’on affranchit cette voie d’eau : « La pom­pe est franche. »

 

Affréter, To charter – Conclure un contrat de location de navire pour un voyage déterminé, selon les conditions stipulées entre l’armateur et l’affréteur.

 

Aiguade (faire), To water – S’approvi­sionner en eau douce.

 

Aire de vent – une des 32 divisions de la rose des vents – les aires de vent ou quarts -, qui ont une correspondance en degrés. Chacune des aires porte un nom: Nord, Nordé, Est, Suer, Sud, Suroît, Ouest, Noroît, etc.

 

Amer, Mark, leading mark – Objet ou construction remarquable : moulin, châ­teau-d’eau, clocher, tour, balise, etc., dont on trouve la représentation sur la carte et dont l’identification, à la côte ou en mer, permet de préciser la position du bateau. Deux amers vus l’un par l’autre forment un alignement.

 

Amortir, amorti, To take way off a ship – Manoeuvrer de manière à dimi­nuer la vitesse du bateau. Autre sens: on dit qu’un bateau est amorti (neaped) lorsque, étant échoué, il reste au sec, jus­qu’à l’arrivée de plus fortes marées pour se remettre à flot.

 

Amure, Tack – Côté du navire par le­quel le point d’amure des voiles reçoit le vent. Un voilier est soit bâbord amures, soit tribord amures.

 

Anspect (barres d’), Handspikes – Le­viers en bois sur lesquels les matelots font effort en tournant pour manoeuvrer le cabestan.

 

Amarrage, Mooring, lashing, seizing – Immobilisation d’un bateau au port au moyen d’amarres, soit à quai, soit à couple d’un autre bateau.

 

Autre sens – li­gature faite pour réunir deux cordages.

 

Amarrer, To secure, to make fast – Ac­tion qui consiste à tourner les amarres d’un bateau afin de l’immobiliser soit à quai, soit à couple d’un autre.

 

Amener, To lower, to get down – Fai­re descendre une voile, un espar, en filant la drisse d’un palan ou d’une manoeuvre passant dans une poulie.

 

Appareiller, To get under sail – En­semble des manoeuvres de départ: hisser les voiles, rendre le bateau indépendant du quai ou de son mouillage, afin de mettre en route.

 

Appuyé (être), Ta be listed – On dit qu’un voilier est appuyé par le vent quand il se trouve en position gîtée stable, le roulis étant alors de faible am­plitude. Aune sens: raidir un cordage (to haut taus). On dit appuyer un bras au vent : soutenir er orienter la vergue, en raidissant sa manoeuvre.

 

Ardent, Criping – Un bateau qui a ten­dance à loffer, c’est-à-dire à remonter spon­tanément au vent (ta cany weather helm), est dit ardent. Cette tendance est une qua­lité si elle est modérée, elle devient un dé­faut si elle oblige à une compensation per­manente à la barre. Contraire: mou.

 

Ariser, arriser, To reej – Synonyme de prendre un ris. Ancien : amener partielle­ment la voile ou la vergue pendant un grain, afin d’en réduire rapidement la sùcface.

 

Armement, Outfit – Tour ce qui est né­cessaire à un navire pour qu’il puisse prendre la mer: matériel, gréement, équi­page, etc.

 

Armer, To fit out – Pourvoir un bateau de son armement pour qu’il puisse prendre la mer.

 

Arrimer, To stow, to trim – Ranger er immobiliser à bord er dans la cale tour ce qui serait susceptible de bouger en mer sous l’action du roulis er du rangage. La cargaison est soigneusement arrimée par des professionnels, les arrimeurs, chargés de ce travail dans les ports.

 

Arrondir (un cap), To sail round – Pas­ser à bonne distance d’un cap, le contourner, afin de ne pas risquer de tou­cher, si cette pointe se prolonge au large par un haut-fond.

 

Assécher, To dry, to become dry – Un pan, un chenal, assèchent à marée basse lorsque l’eau s’en retire ; un banc assèche lorsqu’il découvre complètement à ma­rée basse.

 

Assurer, To secure – Meme en place er maintenir, arracher tour objet du bord, un espar mais aussi un ridoir, etc.

 

Atterrir, To make a landfall – S’appro­cher de terre er la reconnaître après une traversée.

 

Attraper, To stopper – Gréer une attrape, un cordage dont on se sen pro­visoirement pour amarrer ou assujettir un objet ; on dit aussi: attraper un cap, une île.

 

Auloffée, aulofée, Luffing, coming up­ – Mouvement du bateau qui se rapproche du lit du vent, soir par une manoeuvre de barre, soir involontairement sous l’effet d’une risée.

 

Aveugler, To fother, to stop – Obturer une voie d’eau grâce à une réparation de fortune.

 

Bâbord, Port – Côté gauche du bateau lorsque l’on regarde vers l’avant.

 

Bâbordais, Port watch man – Moitié de l’équipage faisant partie du quart bâ­bord. A l’origine les bâbordais avaient leurs couchettes situées sur bâbord. Contraire : tribordais.

 

Baguer (une erse), To set strop – Fixer un petit anneau de cordage, erse ou ersiau pour garnir er renforcer un oeil de pie.

 

Bande, Heel, list – Inclinaison anorma­le conservée par le bateau sur un bord, sous l’effet d’un vent latéral ou d’une mauvaise répartition des poids; on dit que le bateau donne de la bande. L’incli­naison normale er provisoire sous l’effet du vent est la gîte.

 

Barbeyer, To lift – Synonyme de fa­seyer. Peu usité.

 

Barder, To lurch – Faire une embardée. Bardis, Shifting boards – Cloison mo­bile servant à empêcher le chargement de ri per dans la cale.

 

Baromètre, Barometer – Instrument qui indique les varia rions de la pression atmosphérique.

 

Barrer, To steer – Synonyme de gou­verner ou de tenir la barre.

 

Bas-fond, Shoal – Plateau sous-marin au-dessus duquel les navires peuvent tou­tefois passer sans risque de toucher.

 

Bateau de loch, Log ship – Pièce en bois lestée, mise à la mer er servant de point fixe pour mesurer la vitesse d’un bateau, par le déroulement de la ligne de loch à laquelle elle est assujettie.

 

Biture, bitture, Range of cable – Lon­gueur de chaîne élongée d’avance sur le pont, prête à filer à la demande au mo­ment de mouiller.

 

Bloc à bloc, Block and block – Rap­procher les poulies de drisse er de cape­lage, jusqu’à ce qu’elles se touchent, en hissant à bloc une vergue.

 

Bon plein, Full and by – Allure du ba­teau, entre le près er le petit largue. Les voiles portent facilement et la dérive du bateau est faible. On dit souvent “navi­guer près et plein”.

 

Bona (a), Best tack – Terme méditerra­néen, synonyme de bonne main sur les bateaux latins.

 

Bonne main, Best tack – Bord sur le­quel une voile latine se trouve sous le vent du mât er porte de façon idéale.

 

Bord, Leg – Distance parcourue entre chaque virement de bord : on court un bord aux allures portantes mais on tire des bords au louvoyage. Autre sens: le côté d’un bateau, bâbord ou tribord ; ou encore : à bord, sur ou dans le bateau.

 

Bord au vent, Windward side – Côté qui reçoit le vent.

 

Bordée, Tack – Synonyme de bord, lorsque le bateau est au louvoyage. Se dit aussi de la moitié de l’équipage de quart : la bordée tribord ou bâbord. Autre sens: tirer une bordée à terre (leave for one watch) c’est, pour une partie de l’équipa­ge en escale, la possibilité de débarquer. Sur un navire de guerre, une bordée est une salve (broadside) de toutes les pièces d’artillerie tirées du même bord.

 

Border, To harden sheets – Parlant d’une voile, c’est haler sur ses écoutes afin de tendre sa bordure – son bord in­férieur – soir pour l’établir, soir pour améliorer le réglage. Le contraire est choquer. Border les avirons (to ship the oars), c’est les disposer afin de les mettre en action.

 

Bordier – Se dit d’un bateau qui na­vigue mieux sur un bord que sur l’autre.

 

Bornage, Local coasting trade – Na­vigation de petit cabotage dans un rayon de 25 milles autour du port d’ar­mement.

 

Bosse, Boat painter – Cordage amarré à demeure Sut l’étrave d’une embarcation pour servir d’amarre, de remorque ou de mouillage. C’est aussi un petit cordage servant à en maintenir provisoirement un autre sous tension. On dit “bosser” une manoeuvre.

 

Bourlinguer, To be tossed about – Erre soumis à de brusques mouvements de roulis et tangage qui empêchent la pro­gression. Le bateau bourlingue aussi sur un mouillage mal protégé.

 

Brasser, To bra­ce – Orienter les vergues d’un gréement carré en agissant sur les bras; on dit brasser carré lorsque toutes les vergues sont pla­cées dans un plan perpendi­culaire à l’axe de la quille.

 

Brasseyage, Bracing – Ac­rion de brasser er angle sous le­quel les vergues d’une voile carrée sont orientées.

 

Brassiage, To take soundings – Evalua­tion de la hauteur d’eau en brasses; par ex­tension, c’est aussi la hauteur elle-même.

 

Bredindin, Single burton – Palan léger à croc, simple ou double, servant à his­ser à la main de petites charges.

 

Brider, To frap – Ligaturer un cordage. Aurre sens: un cordage est bridé ou se bride (to catch, get caught) lorsqu’il est re­tenu accidentellement; on dit qu’une manoeuvre bride contre un obstacle lorsque cet obstacle crée un frottement qui l’empêche d’agir directement.

 

Bruta (a la), Worse tack – Terme médi­terranéen, synonyme de mauvaise main sur un bateau latin, lorsque la voile er l’antenne portent contre le mât.

 

Cabaner, To capsize, averturn – Syno­nyme de chavirer; c’est également se re­tourner sens dessus-dessous pour une ancre qui s’est décrochée du fond; ou re­tourner une embarcation sur elle-même. Cabaner, c’est également recouvrir un bateau creux d’une voile, en lui donnant la forme d’une tente, afin que l’équipage y trouve abri.

 

Cabotage, Caasting trade – Navigation de commerce qui éloigne les bateaux de leur port d’attache dans des limites qui sont: 300de latitude Nord au Sud, 72°de latitude Nord au Nord, 15°de longitude Ouest et 44°de longitude Est. Cette na­vigation a un plus grand rayon d’action que le bornage, mais un plus petit que le long cours.

 

Caler (le mât), To house a topmast – Amener (faire descendre) la partie haute d’un mât le long du mât inférieur. Le contraire est guinder. Mettre en place les cales d’étambrai.

 

Cap, Course, heading – Direction du bateau par rapport au Nord. Le cap est maintenu en suivant les indications du compas. Erre cap au vent, c’est tenir le bateau orienté dans la direction du vent.

 

Capeler, To dress, fit out a mast – En­filer toute boucle terminant un cordage ou un câble, sur un mât, un espar, ou une bitte. Par extension, capeler c’est aussi re­vêtir: un ciré, par exemple.

 

Capeyer, To lie to, to heave to – Syno­nyme de prendre la cape: allure de sauvegarde d’un bateau dans le mauvais temps, qui consiste à l’équilibrer au plus près du vent, avec un minimum de toi­le. La cape peut être courante lorsque le bateau progresse légèrement, ou en déri­ve lorsqu’il tombe sous le vent.

 

Capon, Cat – Fort palan destiné à saisir l’organeau d’une ancre que l’on relève pour la hisser jusqu’au bossoir.

 

Caponner, Ta cat – Elever une ancre à partir du niveau de l’eau jusqu’aux bos­soirs, à l’aide d’un capon.

 

Cardinaux, Cardinal points – S’ap­plique aux quatre points principaux du compas: le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest.

 

Caréner, To careen a ship – Faire le caré­nage d’un bateau, c’est nettoyer sa carène.

 

Chapelle (faire), To be taken aback – Se retrouver brutalement masqué, soit par erreur du barreur, soit à cause d’une saute de vent.

 

Chasser (sur ses ancres), To drag sn­char – Se déplacer en entraînant ses ancres sous l’effet du courant, du vent, de la mer, pour un navire qui est au mouillage.

 

Chavirer, To turn aver, capsize – Mou­vement d’un bateau qui prend une incli­naison telle qu’il reste couché sur le côté; le chavirement peut aller jusqu’au re­tournement, on dit alors qu’il est chavi­ré quille en l’air.

 

Chemise (faire la), To make a skin – Ser­rer une voile sur son espar, en ménageant le long de l’envergure une bande de toile suffisamment large pour envelopper l’en­semble des plis avant de ferler la voile.

 

Choquer, To ease off – Laisser filer un cordage que l’on contrôle, par petits coups répétés, afin d’en libérer la ten­sion. Choquer en grand, c’est le laisser filer largement.

 

Ciseaux (voiles en), Wing and wing, goose-winged sails – Les voiles sont en ciseaux lorsqu’au vent arrière, l’une est éta­blie sur un bord et l’autre, sur l’autre bord, afin d’offrir au vent une surface maxi­mum. Synonymes : en oc’h (Bretagne), en oreilles de lièvre (Méditer­ranée).

 

Clair (mettre au), Clear – S’emploie dans le sens de parer et dégager: le pont est clair lorsqu’il n’est pas en­combré; un cordage, quand il n’est pas emmêlé.

 

Compas, Campass – Sorte de bousso­le utilisée en marine, dotée d’une rose et non d’une aiguille. Le compas de route est logé dans un habitacle; il suffit pour gouverner sur un cap donné de suivre la graduation correspondante sur la rose des vents.             .

 

Compenser, To adjust – Régler le compas, par relèvements successifs de points connus, et en ajoutant au besoin des aimants compensateurs, afin de ré­duire la variation provoquée par la proximité de masses métalliques sur le bateau (déviation) et la différence entre le Nord magnétique et le Nord géogra­phique (déclinaison).

 

Congé, Pess – Permis de circulation dé­livré sur demande par le service des douanes du port d’attache.

 

Consentir, To be wrung – Subir une altération entraînant une déformation: mât, vergue, ou le bateau lui-même. On dit qu’un mât a consenti lorsque des efforts l’ont courbé. Contre-à-contre, Close ta – Se dit de deux bateaux ou de deux objets, très près l’un de l’autre mais sans se toucher.

 

Contre-brasser, To back – Brasser à contre une voile carrée: la faire pivoter pour changer d’amure. C’est également orienter une vergue de façon à masquer sa voilure.

 

Couler, To sink, to founder – Se dit d’un bateau qui s’est empli d’eau et qui s’enfonce dans les flots.

 

Courir, To run – Courir un bord: parcourir une distance sur un bord; courir à terre, courir au large: faire route vers la terre ou vers le large. Avoir de l’eau à courir: ne pas avoir d’obstacle sur sa route.

 

Créance (mouiller en), To moor with the long bost – Aller mouiller l’ancre d’un navire à son poste à l’aide d’une embarcation, et revenir en rapportant le bout libre de la chaîne pour l’amarrer à bord.

 

Croc (à manœuvrer les chaînes), Cat hook ; chain hook – Synonyme de croc de capon.

 

Crocher, To hook – Saisir une boucle de cordage avec un croc.

 

Croix (mettre en), Ta cross the yards – ­Opération qui consiste à raidir les vergues à poste sur les deux bords, lorsqu’un na­vire à voiles carrées est au mouillage.

 

Croupiat (amarrage en), Ta lie stem to – Amarrage passé par l’écubier de l’arrière et raidi sur un point fixe : corps-mort, anneau de quai ou sur la ligne de mouillage elle-même; procédé utilisé au moment d’une manœuvre, par exemple à l’appareillage, pour faire abattre rapi­dement le bateau.

 

Culer, Ta fall astern – Se dit d’un ba­teau qui a de l’erre en arrière, qui recule.

 

Déborder, To bear off – Ecarter un ba­teau du quai, ou d’un autre bateau, en exerçant un effort à la main ou au pied, mais le plus souvent à l’aide de la gaffe.

 

Débosser, To take off the stopper – larguer les bosses qui retenaient un cordage.

 

Débouquer, To disembogue – sortir d’un chenal ou d’un estuaire et aller vers la mer libre. Contrai d’embouquer. On dit les « débouquements de Saint-Domingue ».

 

Debout, In the eye of the wind, dead to windwark – un navire est vent debout lorsque son étrave pointe dans la irection du vent et que ses voiles ne portent plus.

 

Déchaler, To flow down – se dit de la marée lorsqu’elle descend au jusant jusqu’à atteindre le niveau de la basse-mer.

 

Déclinaison, Variation – Différence entre le Nord géographique et le Nord magnétique par le compas. La déclinaison change suivant le lieu et l’année. C’est une valeur connue indiquée sur les cartes ; ajoutée algébriquement à la déviation due aux masses métalliques du bord, elle donne la variation, dont on doit tenir compte pour prendre le juste cap.

 

Décoincer, To free off the wedge – Retirer provisoirement les coins des l’étambrai ou de l’emplanture de mât.

 

Défrapper, To unlash – opération qui consiste à retirer un amarrage provisoire ; c’est le contraire de frapper.

 

Dégager (un cordage), To clear – Mettre en ordre, parer un cordage, de manière à pouvoir agir dessus.

 

Dégarnir, To strip – Enlever, détacher une man?uvre. Dégarnir un hauban ou aussière, c’est en retirer les fourrages qui les préservaient des frottements.

 

Dégréer, To unrig – Enlever la voilure et les man?uvres courantes d’un bateau pour les réparer ou les désarmer.

 

Déhaler, To wrap – déplacer un bateau en le halant sur des aussières. Se déhaler d’un endroit dangereux, c’est s’en éloigner. On dit qu’un bateau se déhale faiblement à la voile lorsque la brise vinet à manquer.

 

Démailler, To unlace – Opération inverse de maillage, qui consiste à retirer le lien qui unissait un objet à un autre. On démaille une bonnette.

 

Démâter, To unship a mast – Un navire démâte lorsqu’il perd un mât accidentellement (dismasted). On le démâte lorsqu’on enlève volontairement le mât par les moyens du bord, à l’aide de palans ou de bigues.

 

Dépaler, To drift – un navire est dépalé lorsqu’il est progressivement entraîné, notamment par le courant, dans une direction qu’on n’a pas choisis.

 

Dépasser, To unreeve, unrig – Défaite, enlever. On dépasse un cordage d’une poulie ou d’un ?il ; on dépasse le mât de perroquet.

 

Déraper, To break ground – Décrocher du fond l’ancre pour appareiller. Le dérapage peut être accidentel : on chasse.

 

Dériver, To make leeway, to be adrift – On dit qu’un bateau dérive lorsqu’il dévie de sa route sous l’impulsion latérale du vent ou du courant. Le vent arrière est la seule allure où le bateau ne dérive pas. Plus le bateau loffe, plus la dérive augmente.

 

Désarmer, To lay up – Retirer tout l’armement d’un bateau.

 

Désenverguer, déverguer, To unbend – Retirer une voile de sa corne ou de sa vergue pour la changer ou la réparer, après l’avoir dégarnie de toutes les manoeuvres qui y étaient.

 

Dessous, dessus (la barre), Down helm, up helm – Mettre la barre franche sous le vent pour faire venir le bateau au vent, c’est la mettre dessous ; metre la barre dessus c’est, au contraire, la faire passer du côté d’où vient le vent, de manière à abattre.

 

Déventer, To becalm, to lose the wind – Une voile en dévente une autre lorsqu’elle la masque, ou que le révolin de la première vient frapper la voile suivante. On dit “tomber dans un dévent”. Un bateau peut aussi en déventer un autre.

 

Dévirer, To turn back – Tourner en sens inverse par rapport au sens primitif. Par exemple, tourner le cabestan en sens contraire de l’enroulement du câble.

 

Donner (du mou), To slacken, ta ease­ – Diminuer la tension, mollir. On donne du mou à un cordage en le laissant légè­rement filer. On reprend le mou d’un hauban en le ridant.

 

Double (en), To lead beek aboard­ – Passer une amarre en double c’est faire revenir à bord la partie restante après l’avoir frappée dans l’organeau de quai. Utilisé comme adverbe, en double si­gnifie : rapidement (jump to it) ; des­ cendre le gréement en double, c’est-à-dire promptement.

 

Drossé (être), To drift – Se dit d’un navire qui a été entraîné sous l’effet du vent et du courant et qui touche un récif ou la côte.

 

Ebarouir, Ebarrer, Ta dry out – Se des­sécher au soleil: une embarcation ébar­rouie fait de l’eau par les coutures. Syno­nyme : graler (terme vernaculaire breton).

 

Echouage, Grounding, taking the ground – Lieu abrité dont les fonds of­frent des possibilités d’échouage à marée basse. Lorsque le bateau touche le fond et qu’il cesse de flotter, il échoue. Contrairement à l’échouement, l’échoua­ge est volontaire.

 

Echouement, Stranding – Fait d’échouer involontairement.

 

Elonger, To run out, range – Etendre un cordage, une chaîne, dans le sens de la longueur. Elonger une ancre c’est la disposer sur une embarcation, le jas sur l’arrière, les pattes au fond, pour la porter au loin et la mouiller.

 

Embarder, To lurch – Faire une em­bardée. Mouvement du bateau, généra­lement involontaire, produit par le vent, la mer ou un coup de barre.

 

Embarquer, To take aboard – Faire passer à bord passagers, marchandises, vivres, etc., ou involontairement, de l’eau, une vague …

 

Embosser, To moor fore and aft – ­Mouiller un navire sur ses ancres, à l’avant et à l’arrière, afin de l’immobili­ser dans une position souhaitée. L’em­bossage permet de supprimer l’évitage.

 

Embouquer, To enter into – Pour un bateau venant de la mer libre, c’est entrer dans une passe, un chenal, etc.

 

Embraquer, To haul taut – Tirer vers soi un cordage.

 

Empannage, empanner, To be brought by the lee, to gybe – Prendre in­volontairement le vent de revers alors que le bateau était à une allure portante, ce qui provoque un changement brutal de bord de la voile. On peur effectuer un empannage volontaire, au vent arrière ou de travers, en contrôlant le changement d’amures sans changer de route. On dit alors “virer lof pour lof”.

 

Empenneler, To back an anchor­ – Disposer l’une après l’autre deux ancres sur la même ligne de mouillage pour évi­ter de chasser.

 

En oc’h, Goose-winged – Terme ver­naculaire pour désigner les voiles éta­blies en ciseaux sur une chaloupe bre­tonne. On dit “en vache” à Concarneau, et “borloket” lorsque c’est le point d’amure de la misaine qui est tangonné au vent.

 

Encablure, Cable’s length – Unité de mesure pour de petites distances, cor­respondant à une longueur de 120 brasses, soit 200 mètres environ en France.

 

Encalminé, Becalmed – Un bateau est encalminé lorsqu’il ne fait plus route faute de vent.

 

Encaper, To become embayed – Avan­cer à l’intérieur d’une baie située entre deux caps.

 

Enfourner – Se dit d’un bateau qui plonge l’avant dans la lame et se relève avec difficulté.

 

Engager, To be foul, to bean-ends – Un cordage s’engage ou engage lorsque quelque chose entrave sa manœuvre. Un navire engage quand, prenant de la ban­de, il ne se relève pas.

 

Enverguer, To bend a sail – Fixer une voile à sa vergue, au mât ou à une draille; dans ce dernier cas on dit plutôt en­drailler.

 

Envoyer, To go abaut – Synonyme de mettre en place. Terme très général, largement utilisé en marine: envoyer les couleurs, envoyer un homme dans la mâture, envoyer une voile. C’est aus­si un commandement lors d’une manœuvre.

 

Eprouver, To test – Soumettre câbles, cordages, chaîne à des essais avant la mise en service.

 

Erre (courir sur son), Ta carry her way­ – Vitesse résiduelle d’un bateau routes voiles faseyantes ou amenées et moteur arrêté; on dit qu’il court sur son erre.

 

Essarder, To swab – Eponger le pont avec un faubert.

 

Estime, Dead reckoning – Position d’un bateau calculée d’après la route sui­vie au compas et au loch, et compte tenu de la dérive et des courants.

 

Etablir, To set, ta hoist – Hisser, étar­quer, border la voile, c’est l’établir. Par­lant du vent, on dit qu’il est établi (to settle) lorsqu’il a et va souffler longtemps dans la même direction.

 

Etaler, To ride out a gale – Etaler un coup de vent ou le courant (to stem a ride), c’est y faire face sans culer.

 

Etalinguer, To bend, to shackle on – Réunir l’organeau de l’ancre à sa chaîne.

 

Etarquer, To host home, ta harden up­ – Achever de tendre le guindant d’une voi­le qui vient d’être hissée, en souquant sur la drisse.

 

Etocard (en), Wing and wing – Voiles panées en ciseaux au vent arrière.

 

Etouffer, To lash up, to furl – Soustrai­re une voile à l’action du vent en la ra­massant contre son mât ou sa vergue.

 

Eviter, évitage, To swing – Se dit d’un bateau qui tourne autour de son ancre ou de son coffre de mouillage sous l’effet du vent ou du courant. L’évitage est l’espa­ce qu’il est susceptible de balayer autour de son point d’ancrage.

 

Faire courir, To keep her jull – Aug­menter la vitesse du bateau en laissant lé­gèrement arriver pour mettre plus de vent dans les voiles.

 

Fardage, Windage, tophamper – Sur­faces du bateau offertes au vent et qui le font dériver.

 

Farder (bien), To set well – Une voile qui prend parfaitement le vent, sans plis, farde bien; on dit aussi farguer.

 

Faseyer, fasseyer, To shiver – Une voi­le faseye à l’allure du près lorsque son guindant prend le vent sur les deux faces, ce qui provoque son battement, soit par­ce que la voile est insuffisamment bordée (to come ashake), soit parce que le bateau remonte trop au vent.

 

Ferler, Tofurl – Serrer les plis d’une voile contre sa vergue et les y maintenir par des rabans.

 

Fortune de mer, Peril of the sea – Perte ou avarie occa­sionnées à un navire, ou à sa cargaison, en raison d’événements fortuits survenus pendant la navigation.

 

Fouetter, To flap – Un mât fouette quand ses haubans sont mal ridés et qu’il subit des secousses sous l’effet des mou­vements du bateau.

 

Fougue, Squall – Terme ancien dési­gnant un grain, une rafale.

 

Frapper, To makefast – Mot très utili­sé en marine, dans le sens d’assujettir : frapper un cordage, c’est l’amarrer; frap­per une poulie ou une manœuvre, c’est la crocher ou la tourner (to mm up), dans la mâture ou sur un espar.

 

Fuir, To run before the sea – Faire rou­te vent arrière dans le mauvais temps, avec une voilure très réduite, pour garder une vitesse supérieure à celle des lames. On dit aussi gouverner à la lame.

 

Gagner (au vent), To get to windward­ – S’élever contre le vent, améliorer son cap en se rapprochant du lit du vent.

 

Gambeyer, gambier, To dip – Faire passer sous le vent du mât la vergue d’une voile au tiers, de manière à mieux la faire paner. On peut ne pas gambeyer: dans ce cas la vergue reste au vent du mât, mais la voile porte un peu moins bien.

 

Garnir, To ship capstan bars – On dit garnir le cabestan: placer les barres pour le faire fonctionner; garnir une chaîne au guindeau ou au treuil (to take a hal­yard chain to a winch).

 

Girafer, To brail – Carguer une voile au­rique à rideau.

 

Gisement, Bearing – Angle que fait un objet observé par rapport au cap du navire.

 

Gîter, Ta heel – La gîte est l’inclinai­son du bateau sur le côté, soit sous voiles, sous l’effet du vent ou de la mer, ou encore à l’échouage si on ne met pas les béquilles.

 

Godiller, Ta scull – Propulser le bateau en utilisant un aviron de godille, armé à l’arrière. Le geste s’effectue en faisant dé­crire à la pelle de l’aviron un mouvement en forme de huit, sans la sortir de l’eau.

 

Gouverner, Ta steer – Diriger un na­vire à l’aide de la barre.

 

Gréer, Ta rig – Mettre en place tout ce qui compose le gréement du bateau: cordages, poulies, vergues et voiles.

 

Grenier, Breakage – Couche de bois disposée en fond de cale pour isoler le chargement et en relever le centre de gra­vité. On dit charger en grenier un char­gement en vrac à même la cale.

 

Guinder, Ta sway up, ta hoist – Hisser et envoyer à poste un mât supérieur le long d’un bas-mât.

 

Halage, Warping – Action de haler un bateau. Le halage se pratique dans les en­trées de pan, les estuaires, les rivières et les canaux, soit à la force des bras, soit à l’aide de chevaux.

 

Haut-fond, Shoal – Elévation du relief sous-marin, souvent dangereux pour la navigation.

 

Houache, Wake – Sillage laissé par le bateau en route.

 

Jet (ancre à), Kedge – Ancre légère pou­vant être mouillée par une embarcation, notamment pendant les opérations de halage, de touage, pour se procurer un point fixe.

 

Jusant, Ebb – Marée descendante; par extension, courant de marée descen­dante.

 

Lacer (une voile), To bend, to lace – ­Synonyme de transfiler. On dit lacer une bonnette.

 

Lan, Yaw, broach to – Synonyme de lancée ou d’embardée. Mot ancien, sauf en pêche, où il signifte trait de chalut.

 

Largue, With the wind on the quarter­ – Allures du bateau qui reçoit le vent de trois quarts arrière jusqu’au travers, c’est-­à-dire du grand largue jusqu’ au petit largue.

 

Larguer, To let go – Détacher un cor­dage du point où il était retenu en le lais­sant filer complètement.

 

Loch, Log – Instrument qui sert à mesu­rer la vitesse du bateau. Le loch à bateau est composé d’une planchette jetée à la mer et d’une ligne graduée en noeuds. Le loch à hélice est traîné derrière le bateau, sa rotation transmise à la ligne indique la vitesse sur un cadran.

 

Lof (coup de), Ouick luff, luff-fing – Synonyme de auloffée : mouvement brusque du bateau sous l’ef­fet d’une risée, tendant à le faire remon­ter dans le vent de façon involontaire. On dit aussi partir au lof.

 

Lof pour lof (virer), To gybe, to shift the tack – Changer d’amure au vent arrière. C’est le contraire de virer vent devant.

 

Lofer, loffer, To luff – Rapprocher vo­lontairement l’étrave de la direction du lit du vent; on dit aussi venir au lof, ou re­monter dans le vent. C’est le contraire d’abattre.

 

Long cours, Deep sea sailing – Navi­gation hauturière à travers les océans, hors des limites du cabotage.

 

Louvoyer, Short tacking – Synonyme de tirer des bords: alterner les amures par des virements de bord successifs pour ga­gner au vent.

 

Lover, To coil – Disposer un cordage en rond, de gauche à droite, en prenant soin de bien superposer les tours, soit pour le ranger, soit pour le préparer sur le pont s’il doit être utilisé.

 

Mailler, To shackle together – Réunir deux objets terminés par un œil, à l’aide d’une manille. On dit aussi mailler une bonnette quand elle est rransfilée en chaî­nette sur la voile principale.

 

Maillon, Shot of chain, shackle of chain – Longueur de 30 mètres de chaî­ne. Les maillons sont reliés les uns aux autres par une manille. Chaque anneau de la chaîne ne s’appelle pas maillon, mais maille.

 

Manœuvre, Working – Manière de conduire un navire, d’établir et d’orien­ter les voiles, de mouiller une ancre, de mettre à quai, etc. Autre sens: nom don­né à tous les cordages (courants) pouvant être manœuvrés.

 

Manquer à virer, To miss stays – Res­ter involontairement vent debout à l’oc­casion d’un virement de bord: le bateau s’arrête dans le lit du vent, sans parvenir à abattre de l’autre bord.

 

Marche, Way – Synonyme de vitesse du bateau. Un bateau rapide est un bateau de grande marche. On dit un “fin marcheur”.

 

Marguerite (faire), To put a messenger on a chain – Frapper un palan à plat­-pont sur la chaîne d’ancre, quand l’ancre est difficile à déraper.

 

Marque, Sea mark – Synonyme d’amer: point de repère facilement reconnaissable: roche, balise, etc., que l’on aligne avec un autre, de manière à suivre l’entrée d’un chenal, ou pour se si tuer.

 

Masquer, To be aback – Synonyme de coiffer: faire prendre le vent volontaire­ment on non par le revers d’une voile, de sorte qu’elle tend à arrêter ou à faire cu­ler le bateau.

 

Mauvaise main, Worse tack – Synony­me de mauvais bord pour une voile latine, quand la voile porte sur le mât (l’antenne est placée sur le bord d’où vient le vent). Loca­lement on dit a bidos ou a la bruta. Le contraire se dit à bonne main ou a bona.

 

Mille (marin), Nautical mile – Distan­ce de l 852 mètres, correspondant à une minute de latitude.

 

Mollir, To sleck; to ease – Détendre un cordage ou un mouillage sous ten­sion. C’est le contraire de raidir. Lors­qu’il s’agit du vent, cela signifie qu’il di­minue en force.

 

Monde, Crew, hands – Synonyme d’équipage ou de portion d’équipage. On dit “en haut le monde !”, ou “tout le monde en haut !” (all hands), “faire pas­ser du monde à bord”.

 

Mouillage, Anchorage – Lieu favorable pour mouiller l’ancre; également l’en­semble du matériel pour le faire : chaînes, ancres, grappins.

 

Mouiller, To moor, to anchor – Laisser fi­ler l’ancre et la faire crocher de manière à retenir le bateau au bout de sa chaîne.

 

Nager, To row – Mettre les avi­rons en action sur une em­barcation. On ne dit pas “ramer”, sauf en Médi­terranée.

 

Naufrage, Ship­wreck – Perte d’un bateau par suite d’une voie d’eau, d’une collision, d’un échouement. Synonyme de se perdre, chavirer, couler.

 

Nœud, Knot – Unité de vitesse sur mer, correspondant à un mille marin (1 852 mètres) parcouru en une heure. Pour me­surer la vitesse, on utilise un loch.

 

Obéir (à la barre), To answer – Se dit d’un bateau qui répond bien, qui gou­verne facilement.

 

Octant, Octant – Instrument de navi­gation à réflexion, utilisé pour observer la hauteur des astres.

 

Orienter, To trim, to close haul – On oriente les vergues, les voiles: synonyme de brasser; une voile oriente bien lors­qu’elle reçoit avantageusement le vent : synonyme d’établir bien.

 

Palanquer, To bowse – Agir sur le pa­lan. C’est également élonger un cordage neuf ou une ralingue (to put a tackle on) à l’aide du palan pour l’empêcher d’adonner quand il sera utilisé.

 

Panne (mettre en), To bring to – Posi­tion d’un bateau qui souhaite s’immo­biliser et dont les voiles sont orientées de manière à ce que le vent n’ait pas d’effet propulsif sur elles. Pour cela on masque certaines voiles. Sur un trois-­mâts, on contrebrasse le phare central. Sur un petit bateau, on masque le foc.

 

Pantenne (en) – En désordre. Autre sens: s’applique aux vergues apiquées d’un bord sur un mât, de l’autre bord sur un autre mât, en signe de deuil (to cock­bill the yards).

 

Parer, To get clear – Préparer, mettre au clair un objet avant de s’en servir. On pare une ancre, un cordage. Autres sens : parer un danger (to clear away), c’est l’évi­ter ; se préparer pour une manœuvre : paré à virer !

 

Passer, To pass, ta reeve – Disposer, installer. On dit passer un cordage dans une poulie; le contraire est dépasser.

 

Passer (par dessus sa barre), Ta round up – Se dit d’un bateau au vent arrière qui fait une embardée et part irrésistible­ment au lof malgré l’action de la barre.

 

Paumoyer, To fis: canvas home – Ac­tion qui consiste à tirer la toile à pleines mains lorsqu’on la serre sur sa vergue; c’est aussi haler sur un cordage (to heave on a fall). On dit également “se pau­moyer” : se déhaler (to underrun).

 

Pavillon, Rag – Drapeau de forme rec­tangulaire, ralingué sur l’un de ses petits côtés, pour être fixé à la drisse avec laquelle on le hisse. Le pavillon national est porté en bout de corne, à l’arrière du bateau, ou sur un mâtereau au couronnement, sur les yachts marconi ou les bateaux de guerre. Les pavillons du code désignent les lettres de l’alphabet. L’ensemble des pavillons en­voyés dans la mâture un jour de fête com­pose le grand pavois.

 

Pavoiser, Ta dress – Hisser tous les pa­villons à l’occa­sion d’une fête.

 

Peneau (faire), Ta cockbill – Amener en pen­dant une ancre qui étai t arrimée à son poste de mer, afin qu’elle soit parée à mouiller. On dit aussi mettre l’ancre en veille.

 

Perquer – Terme vernaculaire nor­mand, synonyme de rangonner,

 

Peser, Ta haul up, to hoist – Embraquer un cordage en agissant de haut en bas : on pèse une drisse ou une cargue. On dit ha­ler lorsque l’on tire à soi horizontalement.

 

Pied de pilote, Margin of safety – Mar­ge de sécurité, équivalente à un pied (0,33 mètre), que l’on ajoute au tirant d’eau, pour ne pas se meure au plain.

 

Plain (se mettre au), Ta run aground – ­Synonyme de se meure au sec, ou de s’échouer involontairement.

 

Plomb (de sonde), Sounding lead­ – Pour sonder, on se sert d’une ligne gra­duée au bout de laquelle est amarré un plomb servant de lest; ce dernier pré­sente une cavité que l’on remplit de suif pour connaître la nature des fonds, grâce aux particules de sable, de gravier, de vase qui restent collées au suif lorsqu’on le re­monte.

 

Pontée, Deck cargo – Chargement ar­rimé sur le pont, porté par le navire en plus de la cargaison en cale.

 

Port d’attache, Port of registry – Port où le bateau est immatriculé.

 

Porter, To be full – Une voile porte lors­qu’elle reçoit efficacement le vent. Autre sens: laisser porter est synonyme d’abattre (to bear away) ; dans ce cas on dit aussi arriver.

 

Poule, Plug – Cheville de bois fichée dans les trous du renard (transit board), instrument de navigation permettant de mémoriser, sur une rose gravée, les diffé­rents caps tenus pendant un quart.

 

Pouliner, Scull – Terme vernaculaire, du breton poliüva, godiller. Se dit dans le français de Concarneau.

 

Prendre (à retour), To take a turn – Faire un ou plusieurs tours sur un ta­quet avec un cordage, et le laisser filer à la demande; on dit : à retour.

 

Près (plus), On the wind – Allu­re du bateau qui navigue en re­montant le plus près possible du lit du vent.

 

Quart, Watch­ – Durée pendant laquelle une par­tie de l’équipage est de veille pour assurer la sécurité du bateau et toutes les manœuvres né­cessaires. On dit “quart en bas” pour dé­signer l’état de la bordée de repos.

 

Quart d’angle, Rhumb – La rose des vents se divise en 32 angles égaux; chaque partie porte le nom de quart, équivalent à Il °15′.

 

Quartier, Cross staff – Ancien instru­ment pour mesurer la hauteur des astres.

 

Rabanter, To furl – Saisir la voile et la ferler sur la bôme à l’aide des rabans.

 

Raguer, To chafe – Frotter et par consé­quent s’user. C’est le cas pour une voile raguant sur les haubans ou pour une ma­nœuvre sur le plat-bord.

 

Raidir, To haul taut – Faire un effort sur un cordage de manière à le tendre; une manœuvre dormante est ridée, une ma­nœuvre courante est raidie.

 

Ralingue (Etre en), To be in the wind – ­Synonyme de faseyer. On dit “une voile en ralingue” pour une voile qui bat.

 

Rappel (mouvement de), Uproll­ – Mouvement plus ou moins brusque d’un bateau gîté, qui reprend sa position. Un rappel dur fatigue la mâture. Se dit aus­si de la chaîne qui se raidit et rappelle d’un coup sec le bateau.

 

Refuser, To haul forward – Se dit du vent quand il tourne en se rapprochant de l’axe du bateau; il devient plus pointu, on le serre davantage pour continuer à faire route au même cap, ou on abat pour conserver sa vitesse avec le même réglage de voiles. Contraire : adonner.

 

Relâche, To put into port – Escale im­prévue dans un port par suite d’avarie, de mauvais temps ou de tout autre événe­ment fortuit.

 

Relèvement, Bearing – Valeur d’angle entre un amer et le Nord magnétique. Le relèvement se mesure au moyen du com­pas de relèvement ou de visée.

 

Remonter dans le vent, Ta come up onto the wind – Prendre une allure plus proche du vent que celle précédemment tenue. Remonter au vent: progresser dans le lit du vent à l’allure du près.

 

Renard, Traverse board – Instrument de navigation qui se compose d’une planchette en bois percée de trous, sur la­quelle se trouve dessinée la rose des vents. Des fiches (poules) introduites dans les trous permettent de noter la route suivie et sa durée, pendant chacun des quarts, afin d’établir l’estime.

 

Renflouer, Rafflouer, To float off, to come afloat – Remettre à flot un bateau échoué.

 

Rentrer (de la toile, une bonnette), To take in sail – Synonyme de amener. On dit rentrer un foc; on rentre également les espars (to draw in) : bout-dehors, tan­gon, avirons.

 

Répondre (à la barre), To answer – Se dit d’un bateau qui obéit à la barre, qui gouverne bien.

 

Revolin, Eddy wind – Vent renvoyé sur une voile par une autre, aux allures de près; l’écoulement des filets d’air dans un foc produit un revolin sous le vent de la grand-voile.

 

Rider, To set up the lanyard – Synony­me de raidir; mais ne s’emploie qu’en parlant des étais et haubans.

 

 

 

 

Riper, To shift – Synonyme de glisser. Le chargement ripe à la gîte lorsqu’il est mal arrimé.

 

Risée, Breeze, gust – Augmentation passagère du vent, moins violence qu’une rafale.

Rose, Compass rose – La rose des vents du compas est souvent appelée “rose” tout court; c’est une plaque circulaire en équilibre sur une pointe, sur laquelle elle pivo­te ; elle représen­te, sous forme d’étoile graduée, les 32 aires de vent.

 

Rouler, To roll – Avoir un mouvement de roulis: rouler bord sur bord. Des formes de carène très arrondies et pas assez profondes favorisent le roulis ; aux allures portantes, le bateau roule davantage parce qu’il n’est pas appuyé par le vent. On disait autrefois “bon rouleur, bon marcheur”.

 

Rouler (de la toile), To roll – Synony­me de prendre des tours: diminuer la surface de voilure en l’enroulant autour d’une bôme à rouleau. Les bateaux ain­si équipés peuvent se dispenser de bandes de ris.

 

Roulis, Rolling – Balancement transver­sal du bateau sous l’effet de la houle.

 

Route, Course – Direction réellement suivie par le bateau sur un cap donné, en tenant compte de la dérive due au vent et au courant.

 

Sablier, Hourglass – Instrument de mesure du temps, ancêtre des chrono­mètres, composé de deux ampoules en verre, dont l’une, remplie de sable, s’écoule dans la partie inférieure en une durée connue. Pour “conserver le temps”, cet instrument devait être retourné pré­cisément dès la fin de l’écoulement.

 

Sailler, To heave, ta haul- Haler sur les boulines pour faire ouvrir les voiles. Saille! est un commandement donné pour faire accomplir une manœuvre avec énergie.

 

Saisir, To lash, to bend – Assujettir ou immobiliser un objet au moyen de cor­dages désignés sous le nom de saisines.

 

Sancir, To foutider head down, to go down by the head – Couler en s’en fonçant par l’avant, cul par-dessus tête, le bateau ayant été rattrapé par une gros­se lame de l’arrière. Par extension, faire une culbute longitudinale complète (to be pitchpoled) sous l’effet d’une lame.

 

Saute (de vent), Windshift – ­Changement brusque dans la direction du vent.

 

Scier, To back wa­ter – Nager à l’en­vers avec les avi­rons de façon à freiner ou faire culer une embar­cation.

 

Sec (courir à), Un­der barge pales – Courir à sec de toile: dans la tempête, après avoir ferlé la voilure, être poussé par le vent qui agit sur le gréement et la coque, et rester manœu­vrant au vent arrière.

 

Serre-bosse, Shank painter- Fort cor­dage ou chaîne, destinés à retenir l’ancre suspendue au bossoir par une de ses pattes pour l’empêcher de se balancer.

 

Serrer, To furl- Ramasser la voile pli par pli et l’amarrer contre la vergue. Autre sens: serrer le vent (to close haul), c’est naviguer au plus près.

 

Servir (faire), To fill away- Orienter la voilure de manière à faire route, après avoir mis en panne par exemple.

 

Sextant, Sextant – Instrument de navi­gation à réflexion, servant à mesurer en mer la hauteur des astres.

 

Sifflet, Whistle – Instrument de métal utilisé par le maître d’équipage pour transmettre les différents commande­ments de manœuvre.

 

Simple (en), Direct – Se dit d’un cor­dage agissant directement, sans démulti­plication. Contraire : en double, en triple (twofold; threefold purchase) …

 

Sonde, Sounding lead – Ligne amarrée à un plomb, et portant des marques qui permettent de juger de la profondeur de l’eau, c’est-à-dire du brassiage.

 

Souille, Wallow – Dépression creusée sur un fond de sable ou de vase par un objet pesant: on dit que le bateau a fait sa souille lorsque, à l’échouage, il s’enfonce dans un sable qui garde son empreinte.

 

 

Soulager, To take the load – Synony­me de soulever. On dit: soulager un es­par (weight off a spar) ; un bateau soula­ge bien à la mer. C’est aussi réduire l’effort: la balancine sert à soulager la bôme; on soulage le bateau sous voiles en réduisant sa voilure.

 

Souquer, To haul taut, to jam, to pull- Tirer énergiquement: sur un filin pour serrer un nœud, sur un aviron pour nager plus vite. Un nœud bien souqué est un nœud bien serré.

 

Surjaler, To foul anchor – Une ancre mouillée est surjalée quand la chaîne fait un tour sur le jas, ce qui, sous la tension, tend à la faire déraper.

 

Surpatter, To foull the anchor fluke – Une ancre mouillée est suc-pattée lorsque la chaîne fait un tour sur l’une de ses pattes.

 

Tailler, To sailfast – Tailler de la route, synonyme d’aller de l’avant: bien mar­cher, pour un voilier.

 

Tangonner, To set boom – Etablir un espar destiné à déborder une voile, un foc par exemple; il est poussé par le travers en appui sur le mât ou sur la coque, et soutenu par une balancine. Dans la ré­gion de Saint-Malo le mot tangon dé­signe aussi le corps-mort.

 

Tanguer, To pitch – Un bateau tangue lorsqu’il se balance d’avant en arrière: c’est le tangage.

 

Tenir (tenir bon), Ta hold, ta hold tight – Mot utilisé dans de nom­breuses circonstances par les ma­rins ; on dit tenir le vent, le plus tenir la cape, tenir deux objets l’un ­contre l’autre. Tenir bon arrêter l’action en train de accomplir (to avast) ; tenir bon un cordage c’est le tourner sur caquet pour suspendre l’effort, si on est en train de le raidir.

 

Tomber (sous le vent), Ta bear away- Mal remonter au vent, dériver. On dit aussi: perdre au vent. Autre sens: quand le vent tombe, il diminue en intensité.

 

Touage, Tawage – Déplace­ment volontaire d’un bateau, que l’on déhale en tirant depuis l’étrave sur un cordage ou sur la chaîne de mouillage. C’est aussi la manœuvre réa­lisée en rivière par un bateau toueur, qui se déplace (en se touant) sur une chaî­ne élongée au fond.

 

Touée, Scope of cable – Longueur de chaîne ou de câblot élongée entre le ba­teau et son ancre. Plus il y a de longueur, plus la tenue est assurée. Le minimum nécessaire est égal à trois fois la profon­deur du fond à l’endroit où l’on mouille.

 

 

 

Touline, Towline, towrope – Filin léger dont l’extrémité se termine par une pom­me, lancé pour établir la jonction entre un bateau et le quai, ou entre une em­barcation et un bateau, et qui permet de faire passer ensuite l’amarre véritable.

 

Tour, Hitch, tum in a rope – Tour don­né à un cordage sur la bitte ou sur le ta­quet. Un tour mort est un tour complet autour d’un objet. On dit qu’il y a un tour dans un cordage lorsqu’il fait une coque ou que deux brins s’enroulent l’un dans l’autre.

 

Tourner, To make fast, to belay – Im­mobiliser un cordage en le passant en tours croisés autour d’une bitte, d’un ta­quet, d’un cabillot, et en terminant éven­tuellement par une demi-clé.

 

Travers, Abeam – Direction perpendi­culaire à la quille. Vent de travers: souf­flant perpendiculairement à l’axe du ba­teau. Un amer est par le travers quand son gisement est à 90° du cap.

 

Traverser, To flatten in, to fish an an­chor – Traverser une voile, c’est porter son point d’amure en abord, éventuellement sur un tangon. Traverser une ancre, c’est la mettre à poste le long du bord, verge ho­rizontale, maintenue par la traversière.

 

Traversière, Fish pendant, fish tackle­ – Fort palan dont la poulie inférieure por­te un croc double; il sert à relever l’ancre par son diamant. Autre sens: amarre pla­cée en travers du bateau perpendiculai­rement au quai.

 

Tréhucher, trélu­cher, To dip – Faire passer l’antenne d’une voile latine, qui pivote sur son bragot, de l’autre côté du mât, lors d’une ma­nœuvre de virement de bord; pour éviter les secousses, on uti­lise les palans de de­vant et l’écoute afin d’accompagner la manœuvre. Synony­me : gambeyer.

 

Trévirer, Parbuck­le – Descendre une barrique ou un autre objet à l’aide de la trévire, cordage qui entoure l’objet et que l’on file en douceur. Autre sens: mouve­ment de nage visant à placer la pelle de l’aviron à l’horizontale quand elle est hors de l’eau pour diminuer son fardage.

 

Tribord, Starboard – Côté droit du na­vire en regardant vers l’avant. Tribord ! commandement à l’homme de barre pour qu’il mette la barre sur tribord.

 

Variation, Variation – Correction à ap­porter aux indications du compas pour obtenir une direction par rapport au Nord géographique, en tenant compte de la déclinaison ajoutée algébriquement à la déviation due aux masses métalliques du bord.

 

Venir, Port or starboard your helm – Venir sur bâbord ou sur tribord: orien­ter la barre de manière à faire virer l’avant du bateau sur bâbord ou sur tri­bord; venir bord à bord (to shave) : ac­coster un autre bateau; venir à l’appel de sa chaîne: pour un bateau, éviter (to bring up) pour se replacer dans le pro­longement de la chaîne.

 

Vent, Wind – Mouvement de l’air dans une direction constante, qui se désigne du point à partir duquel il souffle. L’échelle de Beaufort établit une gradua­tion de la force et de la vitesse du vent,

 

Vérine, Hook rope – Cordage terminé par un croc, utilisé avec une poulie pour manier les chaînes des ancres.

 

Vll’ement de bord, Coing about, tack – ­Manœuvre qui permet de changer d’amure. Le virement de bord peut se fui­re vent devant ou vent arrière.

 

Virer, To change course- Manœuvre par laquelle le navi­re change d’amure. Autre sens: virer une bouée (turn at a mark) en régate, c’est en faire le tour. Virer, c’est aussi ha­ler (haul) un corda­ge, ou la chaîne d’ancre, en faisant tourner le treuil ou le guindeau. Virer en quille (haul down), c’est abattre en carène.

 

 

Voguer, To travel by sea, to row – Synonyme littéraire de na­viguer ; ce mot est employé en Méditer­ranée dans le sens de nager, ramer. On dit d’une galère qu’elle est à la vogue.