Carlos et les hommes de l’Abeille

Revue N°153

Par Hervé Hamon - Ca serait tentant d'y aller à coups de trémolos, de peindre l'homme et la machine, indissociables, chevauchant l'écume comme le cavalier et sa monture dévorent la poussière. De prêter un cœur d'acier à cet homme d'iode. Et de dessiner, en surimpression, le visage du capitaine sur le pavillon d'honneur. Eh bien non, contresens, cliché, pathos et tout le tintouin. Je sais bien que, plus qu'un autre objet, un bateau est un objet d'amour. Que nos voisins britanniques, en plein débat linguistique et grammatical, ne parviennent pas à retirer aux navires leur genre féminin ce qu'on peut vraiment appeler, outre-Manche, une exception culturelle. Je sais tout cela, et je sais que, si j'ose écrire, cela coule de plume. Mais justement, pour comprendre la relation entre Carlos, alias Charles Claden, et le bateau qu'il commande, il est prudent de balayer les idées reçues et d'affiner un brin la carte du tendre.

Vous êtes abonné(e) ?

Nous vous en remercions et vous invitons à vous connecter pour lire nos articles et accéder à vos avantages.

Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Soutenez le journalisme au long cours et choisissez votre formule d'abonnement.

S'abonner

Abonnez-vous
Abonnement 1 an

6 numéros

à partir de 69,90 €

S'abonner
Abonnement 2 ans

12 numéros

à partir de 129,90 €

S'abonner
Abonnement Numérique

6 numéros

49,90 €

S'abonner

Abonnez-vous et obtenez dès maintenant -5% sur la boutique en ligne, des cadeaux et bien plus encore !

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite