Un bachot pour le canal de Nantes à Brest

Bachot
© Nathalie Presles

Créée en 2019 pour revitaliser le canal de Nantes à Brest, l’association Thalie de Nantes à Brest, installée à Gouarec, dans les Côtes d’Armor, travaille aujourd’hui à la construction du premier des trois bateaux qu’elle a en projet, un bachot baptisé Gwareg. Faute de restes de bateaux « locaux » anciens à étudier ou de plans de ces embarcations, le charpentier de marine Paul Bonnel, vice-président de l’association et ancien directeur du Chantier du Guip à l’Île-aux-Moines, s’est rendu à Toulouse pour y consulter les archives de Voies navigables de France (vnf), en quête des lignes d’embarcations du Canal du Midi tracées par les ingénieurs des Ponts et Chaussées entre 1758 et 1847. Il « suffisait » alors de s’en inspirer et les adapter aux spécificités du canal breton, dont les écluses n’ont pas les mêmes dimensions que celles du reste de la France.

Si les bachots servaient traditionnellement au transport de marchandises et de personnes, Gwareg ne servira, lui, qu’à la promenade. Long de 9,60 mètres pour 2,50 mètres de large, sa propulsion sera assurée par six avirons et un moteur hors-bord alimenté au butane. Pour laisser le passage aux fauteuils roulants – il est prévu de pouvoir embarquer douze personnes dont trois à mobilité réduite – les bancs seront interrompus en leur milieu.

À l’heure où nous bouclons ce numéro, le bordage des fonds est en phase de finition. Structurée transversalement par dix-sept râbles de 15 centimètres de large, séparés par une maille de 50 centimètres, cette sole sera étuvée pour façonner la levée. « Pour ne pas que des pointes de bordages affleurent les bords du fond, explique Paul, je me suis inspiré de ce que j’ai vu aux archives à Toulouse, à savoir une pièce nommée “peyrous” qui ceinture la sole. » La membrure installée, la prochaine étape consistera à poser le bordé de muraille. Le chantier, mené par les bénévoles de l’association dans un local mis à disposition par la mairie de Gouarec, est prévu pour durer jusqu’à la fin de l’année.

Une fois Gwareg lancé, l’association pourra mettre sur cale les deux autres embarcations à son programme – une barque de visite de 18 mètres de long sur 4,50 mètres de large et une baladeuse double des années 1880 –, selon les infrastructures dont elle disposera alors. Les trois bateaux serviront en plaisance, dans le cadre associatif, sur une zone de navigation s’étendant, pour l’heure, du lac de Guerlédan à Plélauff. À terre, un lieu d’exposition sera consacré au canal et aux bateaux fluviaux.  Arnaud Jouny

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée