Trois navires classés chez Despierres

L’activité bat son plein au chantier Despierres Marine, à La Rochelle : outre la restauration du 6 mètres JI Cupidon Fou, de l’architecte François Camatte, commencée en 2019 mais retardée à cause de la pandémie (photo ci-dessus), les charpentiers ont travaillé sur Robin des mers, sloup à corne de 9,50 mètres, construit en 1951 par les chantiers de L’Union Sablaise, à La Rochelle, pour le compte d’un patron pêcheur et avitailleur. Il changera ensuite de mains, servira à la pêche dans les Coureaux, puis à la plaisance, avant d’être donné en 2008 à l’association Flottille en Pertuis. Il sera ensuite abandonné pendant une dizaine d’années dans un champ à Oléron, avant d’être récupéré par Nicolas Chanteloup, patron de Despierres Marine, qui, avec l’aide de la DRAC, décide de le restaurer en profondeur. « Tout est à changer, la charpente axiale et les membrures en chêne, le bordé en mélèze et le pont en pin d’Oregon. Une fois les travaux terminés, nous le revendrons à un particulier », précise Nicolas Chanteloup.

Le chantier vient aussi d’accueillir le yawl Sainte-Anne III, construit en 1933 au chantier de Claude Auroux, à Arcachon, pour une restauration du pont, du moteur, de l’étrave et des mâts. Au terme de ces travaux, ce yacht de 15,30 mètres de longueur au pont sera utilisé par un regroupement d’associations qui promeuvent le transport maritime à la voile, effectuent des missions scientifiques et embarquent des jeunes en difficulté. À côté de ces trois navires classés au registre des Monuments historiques, les charpentiers de Despierres Marine s’occupent de trois Muscadet et d’un Taillefer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée