Rosso 35, un bijou de bois moderne

Rosso_ileaux
© Valérie Lanata

Fin février, à Noirmoutier, le chantier des Îleaux lançait Nomade II, son premier Rosso 35, et son huitième voilier sur un plan de Paolo Bua. « Antoine Coutant, le commanditaire, a eu un coup de cœur pour le Rosso 28, explique Frédéric Maingret, patron des Îleaux. Il souhaitait néanmoins un bateau au programme plus large. » C’est ainsi que Paolo Bua lui a conçu ce voilier long de 10,69 mètres pour 3,62 mètres de large avec un tirant d’eau compris entre 1,40 et 2,10 mètres grâce à une quille pivotante de 1 500 kilogrammes, manœuvrée par un vérin hydraulique. 65 mètres carrés de surface de voile au près et 146 mètres carrés au portant propulsent ses 4,5 tonnes en charge.

Le chantier a débuté à l’été 2019 par la fabrication du marbre et des gabarits sur lesquels ont été ployées les lattes d’acajou du bordé, stratifié verre-époxy de chaque côté. Les couples sont en contreplaqué, comme le pont – latté dans le cockpit –, le rouf -  qui fait aussi appel au strip planking -, et les emménagements, plaqués acajou.

Les espars en carbone haut module ont été fournis par AG+ et la garde-robe par X Voiles. En outre, Stéphane Roséo est intervenu pour les emménagements – la taille du propriétaire (1,91 mètre) nécessitant par exemple d’augmenter la hauteur de rouf - ; Vincent Lainé a planché sur le système de quille, la delphinière en carbone et l’échantillonnage des tissus ; Christophe Daussy (bureau d’études De la Mar) sur la technique embarquée.

« Dès les premiers bords, poursuit Frédéric, on a retrouvé toutes les qualités du Rosso 28, à savoir un voilier vivant, très stable, toujours sous contrôle grâce à ses deux safrans. » Le patron des Îleaux ne cache pas sa fierté d’avoir mené un tel projet. « Un prototype, c’est une construction compliquée. Sans compter que ce Rosso est riche en équipements, entre un chauffage central, une propulsion électrique, un groupe qui charge les batteries moteur en 48 volts, celles de service en 12 volts tout en alimentant le bord en 230 volts, un convertisseur qui peut faire bénéficier le parc démarrage et service de la charge du parc moteur… » Nomade II, basé à Noirmoutier, naviguera à la journée, en croisière côtière et hauturière, voire en régate. Le chantier espère signer bientôt un second exemplaire de ce joli yacht en bois moderne commercialisé à partir de 515 000 euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée