Reder Mor 6 refait à neuf

© coll. Emmanuel Flahault

Reder Mor 6 a été lancé par le chantier Le Got de Plouguerneau en 1962 pour le compte du docteur Perron, chirurgien à Brest. Les formes de ce bateau sont inspirées de celles d’un caseyeur-ligneur relevées par un ancien capitaine au long cours, Pierre Étienne, pour servir de référence au chantier. Le cotre, qui mesure 7,80  m de long pour 2,80  m de large, est doté d’un lest extérieur en fonte de 390  kg et équipé, dès son lancement, d’un moteur Penta de 14 ch. Il a navigué à la plaisance pour différents propriétaires – tous identifiés depuis – jusqu’à ce qu’en 2015, Yann Reveillant, de Damgan, achète le cotre, classé au registre des bateaux d’intérêt patrimonial trois ans auparavant. Les travaux nécessaires pour remettre Reder Mor 6 en état sont alors considérables, et une association voit le jour pour les mener : Un vieux gréement pour Damgan, qui compte à présent une centaine de membres (<vg-damgan.fr>).

Un local est investi sur la zone artisanale de Damgan, avec l’aide des artisans voisins, qui ne manqueront pas de prêter main-forte avec leurs savoir-faire, leurs outils, voire leurs engins de manutention à l’occasion… Surtout, l’association fait appel au charpentier François Blatrix, qui accompagne, encadre et forme la demi-douzaine d’irréductibles qui se retrouve, tous les jeudis, pendant trois ans, pour ce qui s’avère une reconstruction totale du bateau. « Nous avons gardé le lest, la quille en iroko, le haut de l’étrave, cinq varangues, le bitard et le gouvernail… Pour le reste, Reder Mor 6 est neuf à présent ! », nous a confié Emmanuel Flahault, l’heureux président de l’association. « Plutôt que de vendre des frites tous les étés pour réunir les 145 000  euros du devis de départ, nous avons travaillé pendant l’hiver… et divisé la note par deux. Sans tous nous connaître au départ, nous avons vécu là une expérience humaine formidable. Nous avons pris goût au travail que nous a appris François Blatrix, puisque l’hiver prochain nous nous attelons à la restauration d’un canot de 5  m, lancé par Baptiste Aubin à Nantes en 1950 ! »

Pour l’heure, Reder Mor 6 a été mis à l’eau sous les yeux de sa marraine, Marie-Rose Bucas, et de son parrain, Gildas Flahault. Les anciennes voiles ayant été conservées, elles ont servi de référence aux apprentis des Ateliers de l’Enfer pour la coupe et la confection des nouvelles, avec lesquelles Reder Mor 6 a tiré ses premiers bords au début du mois de mai. Le bateau emportera jusqu’à dix personnes en rivière de Pénerf et huit en mer. « Il était ponté et doté d’une grande cabine à l’origine, mais c’est maintenant un canot ouvert, beaucoup plus adapté à notre programme de navigations collectives à la journée. Il marche bien, et il est très agréable à la mer… Reste à former les équipages compétents pour le mener ! »

Les derniers articles

Chasse-Marée