Petite plaisance chez Carboboa

chantier Carboboa
© chantier Carboboa

Installé sur la zone portuaire de Concarneau depuis 2016, le chantier Carboboa (de la contraction de « carbone » et « bois ») réunit une palette de compétences, de la construction bois classique à celle en matériaux composites. Stéphane Lariepe, charpentier et ébéniste de formation, issu du compagnonnage, y développe la construction de l’Eskenn – « la lame », en breton –, un quillard de 6,30 m de long (1,80 m de large, 0,95 m de tirant d’eau, 630 kg de déplacement et 13 m2 de surface de voilure), gréé en sloup, dont les plans inspirés du BB11 (un monotype de 1956) et du Dragon ont été dessinés à sa demande par François Guilbaud.

« Mon idée était de pratiquer une voile de loisir sportive, légère, mais je voulais un bateau en bois, explique Stéphane. J’ai construit le premier exemplaire il y a désormais vingt-cinq ans. » Le bordé de l’Eskenn est en bois moulé de sapelli de 8 mm d’épaisseur fixé sur une membrure en lamellé-collé.

Outre ce quillard, Carboboa propose également la construction du Berny, dériveur de 4,85 m de long (2 m de large, 0,20/1 m de tirant d’eau, 250 kg de déplacement) gréé en cat-boat, avec un foc en option. Le plan en avait été imaginé en 1998 par Bernard Minvielle et tracé par l’architecte Jacques Fauroux, et la construction en verre-polyester s’est faite en Irlande jusqu’en 2016. Depuis qu’il a repris ce projet, le chantier concarnois a apporté du bois au Berny, avec des espars en pin d’Oregon – sauf la corne, en carbone –, pavois, liston, bancs, étambrai, barre et tête de safran étant en teck et sapelli.

Enfin, la construction d’un Dinghy 12 pieds (CM 195) en verre-polyester est en cours, à la demande de Pierre Monéger, président de l’association de classe française qui souhaite ainsi relancer la série dans l’Hexagone. « Nous avons racheté des moules à un chantier italien qui arrêtait sa production, explique Frédéric Robin, ancien chef d’atelier du chantier Mer agitée de Michel Desjoyaux et aujourd’hui un des responsables du chantier Carboboa. Nous travaillons aujourd’hui à obtenir la certification de la classe internationale. » Le dériveur, jadis série olympique, sera présenté en 2021 au salon de Düsseldorf.

Outre ces bateaux, le chantier développe aussi du mobilier d’inspiration marine et conçoit des objets d’art sur mesure… en bois et carbone.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée