“Pen Duick V” retrouve sa famille

Pen Duick v retrouve sa famille
"Pen Duick V" retrouve sa famille. © Mélanie Joubert

Le 4 juillet dernier, Pen Duick V a quitté l’École nationale de voile et des sports nautiques (ENVSN) de Beg-Rohu et la baie de Quiberon pour rallier la Cité de la voile Éric-Tabarly, à Lorient, où il est né.
Construit par le chantier de la Perrière en 1968, le célèbre sloup avait été conçu pour la Transpacifique San Francisco-Tokyo, qu’il remporta notamment grâce à ses ballasts, une idée de Tabarly pour tirer le meilleur parti des vents portants. Revendu après cet exploit, P
en Duick V est passé entre plusieurs mains, avant d’être acquis, en 1992, par le musée de la Marine, qui en est toujours propriétaire. Sa restauration a été entamée en 1998, année de la disparition de son concepteur. Elle s’est achevée deux ans plus tard et le sloup a été confié à l’ENVSN, qui l’a fait naviguer pendant une quinzaine d’années.

Le cinquième Pen Duick retrouve à Lorient le premier du nom ainsi que les numéros trois et six, le deuxième naviguant toujours sous les couleurs de l’envsn, tandis que le quatrième, rebaptisé Manureva, a disparu avec Alain Colas.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°317 Réservé aux abonnés

Invisible

Depuis une dizaine d’années, l’artiste Nicolas Floc’h travaille à la représentation des habitats et du milieu sous-marin, produisant une œuvre... Lire la suite