« Pen Duick V » retrouve sa famille

Pen Duick v retrouve sa famille
"Pen Duick V" retrouve sa famille. © Mélanie Joubert

Le 4 juillet dernier, Pen Duick V a quitté l’École nationale de voile et des sports nautiques (ENVSN) de Beg-Rohu et la baie de Quiberon pour rallier la Cité de la voile Éric-Tabarly, à Lorient, où il est né.
Construit par le chantier de la Perrière en 1968, le célèbre sloup avait été conçu pour la Transpacifique San Francisco-Tokyo, qu’il remporta notamment grâce à ses ballasts, une idée de Tabarly pour tirer le meilleur parti des vents portants. Revendu après cet exploit, P
en Duick V est passé entre plusieurs mains, avant d’être acquis, en 1992, par le musée de la Marine, qui en est toujours propriétaire. Sa restauration a été entamée en 1998, année de la disparition de son concepteur. Elle s’est achevée deux ans plus tard et le sloup a été confié à l’ENVSN, qui l’a fait naviguer pendant une quinzaine d’années.

Le cinquième Pen Duick retrouve à Lorient le premier du nom ainsi que les numéros trois et six, le deuxième naviguant toujours sous les couleurs de l’envsn, tandis que le quatrième, rebaptisé Manureva, a disparu avec Alain Colas.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°294 Réservé aux abonnés

Nord-Nord-Ouest

Sylvain Coher - Illustré par Donatien Mary C’est l’histoire de Lucky et du Petit, deux voyous en cavale. Il y... Lire la suite