Marie-Jeanne, plan Cornu

© Maud Lénée-Corrèze

Entre des bottes de paille et quelques voitures, avec une vue imprenable sur la baie de Douarnenez, les membres de l’association Bâbord toute, créée en 2017, restaurent Marie-Jeanne, un plan Cornu de 8,25 m de long construit à Maisons-Laffitte en 1949. Le bateau a été donné par l’ancien propriétaire, qui ne souhaitait pas s’engager dans une restauration de fond – le mât s’était cassé et une partie de la coque s’était déformée à la suite d’échouages répétés.

Après avoir réalisé des gabarits de couple en contreplaqué permettant de redonner sa forme à la coque, les trois charpentiers de marine fondateurs de Bâbord toute ont changé un tiers des membres ployés en acacia et une partie des bordages en sapelli. « Nous avons également retiré le pont, précise Marcos Bezerra de Menezes, et nous avons changé ensuite les deux bordages supérieurs du tableau, toujours en respectant l’essence d’origine, le sapelli. Pour l’instant, étant donné les mauvaises conditions météorologiques, le chantier est souvent en pause, un temps qu’on met d’ailleurs à profit pour rechercher un lieu plus adapté et couvert. » Il reste notamment à remplacer la préceinte, les barrots, l’hiloire de rouf, éventuellement quelques boulons de la quille et quelques virures à bâbord. Marcos hésite aussi à changer le rouf, ce qui serait l’occasion de revoir sa forme en s’inspirant d’autres plans Cornu. « Je n’ai pas vraiment réussi à trouver les plans exacts du bateau, précise-t-il. Cela dit, l’objectif du chantier n’est pas de rendre fidèlement à Marie-Jeanne son aspect d’origine. Si nous nous efforçons au maximum de ne rien changer, l’objectif final demeure de naviguer avec les membres de l’association. Ainsi, s’il faut utiliser le mât en aluminium d’un ancien plan Cornu dans l’attente de trouver les fonds pour réaliser un mât en spruce, nous n’hésiterons pas. » Outre le chantier de Marie-Jeanne, l’association a également travaillé l’an dernier sur un petit canot à moteur de 4,50 m désormais gréé en canot à misaine. Rajput de Jezelmer permet désormais à quelques membres de l’association de pêcher régulièrement.

Les derniers articles

Chasse-Marée