Les héros sont fatigués

© droits réservés

Cela fait vingt-sept ans que le Sainte Denise-Louise attend une main secourable sur le quai Freycinet iv où la mairie de Dunkerque l’a abandonné. Ce dundée harenguier de 19,60 m de long, héros de l’opération Dynamo et classé Monument historique en 1992, méritait
meilleur sort. Le Sainte Denise-Louise est construit en 1935 à Ostende par le chantier Hillebrand pour Victor Marteel, un patron pêcheur de Dunkerque. Ce dernier arme à la pêche côtière entre le cap Gris-Nez et la frontière belge jusqu’en 1939. Son bateau est alors réquisitionné par la Marine et transformé en arraisonneur dragueur auxiliaire (AD 394).
Le 27 mai 1940, suite à son bombardement par la Luftwaffe, il est amarré dans un bassin de Dunkerque. Mais cela ne l’empêche pas de participer à l’opération Dynamo : le 4 juin, à 3 heures du matin, il appareille à destination de Douvres pour rapatrier cent seize soldats britanniques. La paix revenue, Victor Marteel revient à son métier. Le Sainte Denise-Louise (immatriculé D 818) pratique la pêche jusqu’à son désarmement, en 1973. Deux ans plus tard, son patron le cède à un club de plongée, qui ne tarde pas à le reléguer au fond de l’arrière-port, où il sert d’atelier flottant, voire de dortoir – notamment pour Jean-Pierre Després, sa femme Christiane et Philippe Bret, pendant la restauration de Notre-Dame des Flots, échouée à proximité (CM 289). Ce trio a mis les voiles depuis trois ans quand Bruno Deman et Hervé Boukaert se laissent tenter par une aventure similaire : en 1986, ils achètent le Sainte Denise-Louise dans l’intention de le restaurer. « J’ai tout quitté à vingt-six ans pour vivre ma passion. Chaque jour, hiver comme été, je venais travailler », a récemment confié Bruno Deman à La Voix du Nord. Quatre ans plus tard, la grande coque en chêne n’est toujours pas en état de reprendre la mer. Les deux amis jettent l’éponge et revendent le dundée à la ville de Dunkerque. « Nous n’avions plus de quoi vivre », affirme Bruno Deman. Depuis lors, rien ! La coque, solidement accorée devant les anciens établissements Jokelson & Handtsaem, semble faire partie du paysage. Encombrée de cet embarrassant Monument historique, la mairie a commandé une expertise en 2015, qui a préconisé sa démolition « étant donné l’état d’abandon constaté ». À qui la faute ? S’exprimant dans La Voix du Nord, Michel Tomasek, adjoint à la culture, se dit prêt à céder le bateau à une association désireuse de le restaurer, tout en prévenant que la Ville exclut toute prise en charge financière.
En terme rugbystique, on appelle cela : « botter en touche ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°317 Réservé aux abonnés

Invisible

Depuis une dizaine d’années, l’artiste Nicolas Floc’h travaille à la représentation des habitats et du milieu sous-marin, produisant une œuvre... Lire la suite