Le troisième Alerion français

© Mélanie Joubert

Le troisième Alerion français, sur des plans Herreshoff de 1912, construit par le chantier Darak de Combrit, dirigé par Sébastien Gaonac’h (CM 290), a pris la mer le 20 juin dernier, deux jours avant les Rendez-vous de la belle plaisance à Bénodet, organisé par le yacht-club de l’Odet. Il s’y est fait admirer sous le drôle de nom d’Aptisenfans, en hommage à la relève, et pour conserver le A initial des deux premiers qui s’appellent Alerion et Alienor.

Les derniers articles

Chasse-Marée