Le Sergent Malaouët III

© Olivier Ballu

Après une restauration qui a duré tout l’hiver, le chantier Darak, à Combrit, a remis à l’eau cet été un plan Sergent de 7,50 m dessiné en 1950 et construit neuf ans plus tard par le chantier Gay à Dinard. « Un client m’a contacté pour un bateau neuf, raconte Sébastien Gaonac’h, patron de Darak, mais il a finalement choisi ce petit voilier que j’avais trouvé à Noirmoutier, où il était resté dix ans hors de l’eau, et que je lui avais proposé de restaurer. » Les travaux de restauration de ce sloup bermudien rebaptisé Malaouët III par son nouveau propriétaire ont été importants. La quille et les œuvres vives ont été refaites dans le respect des essences d’origine, avec de l’acacia pour la membrure et de l’acajou pour le bordé. Le chantier a également rénové l’intérieur, tandis que de nouvelles voiles ont été confectionnées. Enfin, le sloup a été doté d’un moteur électrique en remplacement de son ancien moteur thermique. Malaouët III est désormais à l’eau, et Sébastien Gaonac’h va pouvoir se lancer dans la construction de trois Caravelle, car « c’est un bateau qui a aujourd’hui la cote, surtout si l’on veut faire de la voile en compétition avec ses enfants », souligne le charpentier de marine.

Les derniers articles

Chasse-Marée