Le Chasse-Marée dévoile sa nouvelle formule et s’affirme comme la revue du monde maritime

A la veille de ses quarante ans, Le Chasse-Marée n’a pas fini de surprendre ! Au-delà d’une refonte de la maquette qui donne libre cours aux articles longs et aux illustrations à travers 132 pages c’est aussi un élargissement de sa ligne éditoriale que propose la revue vers des sujets comme les sciences et l’environnement. Édité en format mook, qui se révèle plus adapté pour proposer de nouvelles rubriques dont les interviews, Le Chasse-Marée entame une nouvelle jeunesse portée par une petite équipe de journalistes basée à la pointe du Finistère et fière de continuer à construire cette encyclopédie de la mer commencée en 1981.

Une ligne éditoriale exigeante qui s’ouvre à de nouvelles thématiques

En plus des sujets qui ont fait le succès du Chasse-Marée depuis quarante ans – autour des métiers, de l’histoire, du patrimoine, des navires, des arts, des techniques -, de nouvelles thématiques comme les sciences, l’écologie et l’environnement font leur entrée dans la revue. « C’est une revue pour les curieux et les amoureux de la mer » pour Gwendal  Jaffry, rédacteur-en-chef.

Les sujets contemporains gagnent aussi en présence pour faire découvrir des parcours de femmes et d’hommes qui font le maritime d’aujourd’hui et feront celui de demain. 

De nouveaux rendez-vous

Kerguelen

Le nouveau format en mook – mi livre mi magazine – permet de proposer de nouvelle manière d’aborder des thématiques. À chaque numéro, l’interview d’un spécialiste, permet de mieux comprendre un univers ou explorer une problématique, qu’il s’agisse des ressources, de l’économie, de la culture…

Par ailleurs, chaque article est désormais suivi de pages « En savoir plus » qui permettent d’approfondir un sujet en ouvrant à de nouveaux horizons.

L’actualité maritime est traitée au sein d’un nouveau journal, offrant un éclairage sur les événements et les enjeux essentiels du monde d’aujourd’hui et du maritime de demain. Chroniques, points de vues et débats y trouvent leur place grâce à de nouveaux contributeurs pour un regard à 360°, y compris littéraire (avec une chronique de Jean-Louis Ezine par exemple) et artistique (carte blanche est donnée à chaque numéro au dessinateur et peintre de marine Nicolas Vial).

« Nous croyons à un journalisme du temps longs, du propos juste, fouillé et richement illustré. » Gwendal Jaffry, rédacteur-en-chef.

Une diffusion rythmée et renforcée en librairie à partir de février 2021

« Maintenir une presse écrite aujourd’hui est un vrai challenge. Nous avons imaginé un modèle économique autour d’un prix de vente en kiosque à 12,90 € seulement et d’un abonnement standard 1 an de 69,90 € à l’année, prix inchangé depuis plus de 15 ans » Eric Verdevoye, directeur délégué

Cette nouvelle formule est enrichie de 40 pages et comporte donc 132 pages tout en gardant son format classique pour les collectionneurs. Car Le Chasse-Marée constitue une véritable encyclopédie du maritime !

La revue devient un bimestriel avec une parution régulière tous les deux mois au lieu de neuf parutions par an jusqu’à présent.  Il n’y a donc pas de changement sur le contenu éditorial qui reste ainsi stable sur une année ; il est simplement réparti différemment et ceci à un prix d’abonnement annuel inchangé.

Enfin, en plus d’une diffusion en maisons de la presse, Le Chasse-Marée sera, dès février 2021, présent dans un grand nombre de librairies et de magasins spécialisés.

« Curieux et amoureux de la mer, toujours aussi nombreux, trouveront dans la revue, le temps pour comprendre les enjeux qui se jouent en mer et se faire leur propre opinion. » Yveline Berréhouc, chargée de la promotion.

L’Astrolabe devant Port-aux-Français

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée