Le canoë canadien a son festival

Le photographe des grands espaces Paul Villecourt, après avoir vécu au Québec, a eu l’idée il y a dix ans de créer un événement consacré au canoë sur les bords de la Drôme. Ce festival de l’open canoe – terme désignant le canoë ouvert, dit canadien, d’un chargement commode, idéal pour partir bivouaquer au fil des rivières sur plusieurs jours – a délibérément tenu à l’écart les autres sports de pagaies, kayaks, stand-up paddle, sit-on-top et consorts, pour se centrer sur ces bateaux qui offrent une approche familiale pour l’eau vive et l’eau calme.

En dix ans, cinq mille personnes se sont inscrites, de nombreux ateliers ont été proposés pour faire découvrir cette pratique en plein air et en cultiver la culture : apprentissage de techniques de pagaie, cuisine en pleine nature, sécurité, « lecture de rivière », tests de matériels…

Cette année, du 15 au 18 avril, à Mirabel-et-Blacons, après deux ans d’annulation, le festival réinstalle ses tentes au bord de la Drôme avec la même envie de promouvoir ce mode de randonnée nautique qui fut l’objet d’un véritable engouement au mitan du XXe siècle. Il est perpétué et réinventé aujourd’hui avec des canoës plus légers et du nouveau matériel de bivouac, qui met une certaine autonomie à la portée du plus grand nombre. Chacun peut ainsi partir à son tour sur les rivières – la France est probablement le pays doté du plus important réseau de cours d’eau « canotables » d’Europe.

Pour cette édition de l’Open Canoe Festival, l’association Voile et canotage d’Anjou fera le déplacement jusqu’à la Drôme, où elle exposera plusieurs canoës en bois, évoquant le canoë-camping qui fit les belles heures du Touring Club de France.  Guillaume Fatras

Inscriptions, informations pratiques :  <opencanoefestival.com>

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée