La Trobada marinera d’Argelès

© Bernard Vigne

Du 1er au 3 septembre, une quarantaine de barques à voile latine se sont retrouvées dans le port d’Argelès-sur-Mer pour la Trobada marinera, rencontre organisée par l’association Els amics de la barca Notre-Dame de Consolation. « Les amis » fêtent la dernière restauration de leur barque plus que centenaire, classée Monument historique depuis 1992. René Comte, Michel Juncy et Jacques Portes – le trio fondateur de l’association – ayant en partie passé la main, la barque est désormais menée par Richard Cassoly et Jacques Portes. Notre-Dame de Consolation a donc passé de longs mois à l’Atelier des barques de Paulilles pour des travaux de fond comprenant le remplacement de plusieurs membrures, de la paramole (carlingue) et de bonnes longueurs de bordages.

De Mataró, près de Barcelone, au Grau-du-Roi, tout le bassin occidental de la Méditerranée est représenté. Du plus grand, le Sant Ramon, un « llaüt quillat » de 15,50 mètres gréé en barca de mitjana, jusqu’à l’Avi del Che (le Grand-Père du Che), un petit « llagut » de 5 mètres, toutes les barques significatives du littoral sont là : Le Bel Ange de Saint-Cyprien, le Libre Penseur, l’Idéal et Pluie de Roses d’Argelès, Ufana de Collioure, Porthos de Cerbère, Sa Rata d’Arenys de Mar, Jeanine de Palavas, l’Espérance du Grau-du-Roi et bien d’autres.

Le samedi, la tramontane s’invite à la fête : force 7 à 8 Beaufort au cap Béar. Les participants doivent se rabattre sur les animations et expositions à terre : collections de dioramas, de maquettes, démonstration de nœuds marins, sans oublier les concerts et les buvettes. Dans l’avant-port, l’équipage de l’Avi del Che se livre à une démonstration de manœuvres audacieuses, tandis qu’Emili Armengol, patron de Sa Rata I – la seule barque équipée d’une vraie cuisine – nous fait déguster son délicieux suquet de peix (cotriade catalane).

Le dimanche matin, le temps se calme et la flottille peut prendre la mer pour interpréter un joli ballet de voiles latines au pied des Albères. Les barques vont ensuite amourer en plage devant le monument dédié aux républicains espagnols de la Retirada (l’exil), qui, en 1939, après la défaite des armées républicaines, ont été parqués dans l’immense camp d’Argelès.

Enfin, nous assistons à une cérémonie de jumelage entre Els amics de la barca N-D de Consolation et l’association Bricbarca de Villasar de Mar qui a restauré le Sant Ramon. Gageons que cette collaboration sera fructueuse et qu’elle nous offrira de belles navigations de ce côté-ci de la Méditerranée.

Article écrit par Bernard Vigne

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°297 Réservé aux abonnés

Face au vent

JIM LYNCH - Traduit par Jean Esch, Illustré par Lapin - Bernard, Josh, et leur petite sœur Ruby sont comme qui dirait... Lire la suite