La mer Egée en voilier cargo

© Marine Leduc

Quelques années avant sa retraite, le capitaine Loucas Gourtsoyannis, 74 ans, savait qu’il voulait la passer sur un bateau. L’ancien ingénieur en métallurgie, qui a vécu plus de trente-cinq ans à Montréal puis à Bruxelles, est revenu dans sa Grèce natale pour réaliser un projet de transport de biens à la voile en Mer Égée : Aegean Cargo Sailing, porté par la compagnie SailMed, devenue une coopérative en 2019.

À bord du Balaton 31 Pelago, il réalise en 2017, avec son ami Jan Lindberg (décédé l’année suivante), un premier tour de la mer Égée, en passant par Athènes, avec les produits d’une première sélection de producteurs grecs d’huile d’olive, de vin ou de fromage. L’année suivante, le petit voilier de 9 mètres va jusqu’à Gênes pour y livrer 1 000 litres d’huile d’olive. SailMed se procure ensuite un second voilier, un Gib’Sea 43, Avrora, pour développer son activité et effectuer un tour de dix-huit îles égéennes, en organisant des rencontres entre les habitants et les producteurs. Alors que la crise de 2008 et la pandémie affectent les paysans locaux, Loucas veut leur offrir de nouvelles opportunités pour promouvoir leurs produits. Les deux bateaux se partagent désormais plusieurs destinations : les îles de la mer Égée, Gênes et Nice.

Les producteurs apprécient ce mode de transport, en « accord avec leurs principes », nous a précisé Despina dans le port de Lagada, sur son île de Chios, un soir de juillet 2020, alors qu’elle venait de remettre à Loucas un carton rempli de fromages à destination de Kalymnos. Loucas assure que le prix du transport est le même que pour les livraisons réalisées par un navire marchand conventionnel.

Pour se diriger vers l’autonomie financière, SailMed développe depuis deux ans l’accueil de touristes sur le voilier de 16 mètres Ria-1. « En Grèce, la pollution provoquée par les cargos s’ajoute au tourisme de masse, qui bétonne les îles et engendre des nuisances sonores et visuelles », explique le capitaine qui espère pouvoir développer ce type d’accueil alternatif et le rendre plus accessible. Marine Leduc

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°319 Réservé aux abonnés

BLUFF par David Fauquemberg

Quand il atteint Bluff Harbour, tout au Sud de la Nouvelle-Zélande et face à l’Antarctique, « le Français » – le lecteur... Lire la suite