Goulphar, chef des stations DGPS

© Rémi Jouan

La France a modernisé ses stations GPS différentielles qui bénéficient désormais des données délivrées par le Service d’augmentation satellitaire européen (Egnos). Cette innovation permet aux marins de profiter des excellentes performances du système Egnos, financé par l’Union européenne, sans qu’ils aient à modifier leurs équipements embarqués, les récepteurs DGPS.

Le phare de Goulphar, à Belle-Île-en-Mer, contrôle les données des six stations DGPS françaises. Celles-ci transmettent les informations de corrections des signaux GPS aux marins à l’aide de pylônes rayonnant de 20 à 40 mètres de hauteur. Quatre de ces stations sont déjà équipées du nouveau système : Héauville, Pont-de-Buis, Olonne-sur-Mer et Porquerolles. Les stations de Cap Béar et de Cap Ferret seront modernisées vers 2020, complétant la couverture littorale française pour les navires en approche côtière. La mise en œuvre de ce concept est une première mondiale.

Les aides à la navigation radioélectriques continuent donc à évoluer et permettent de compléter les systèmes de positionnement par satellites à couverture mondiale, comme GPS et Galileo, pour les navigateurs.

Les derniers articles

Chasse-Marée