En curragh vers l’Écosse

© Mélanie Joubert

À bord de Brioc (CM 125), curragh construit à Saint-Brieuc en 1999, on boit l’eau dans des amphores en terre et on fait le feu dans une auge en pierre, vêtu de vêtements de laine et de lin. Depuis qu’Ingwenog Jaouen l’a récupéré en 2018, ce curragh de bois et de cuir navigue avec les membres de l’association de reconstitution historique Ar Soudarded.

Brioc est désormais au service de la démarche d’archéologie expérimentale d’Ar Soudarded, permettant d’étudier par la pratique les vides laissés par les sources historiques sur la navigation à la fin du haut Moyen-Âge (Xe et XIe siècles). Les premiers bords ayant montré les points faibles du bateau, l’association s’est lancée dans un chantier de remise en état, et en a profité pour le doter d’un autre gréement, passant d’une voile au tiers à deux voiles carrées en lin, historiquement plus justes. Le curragh de Saint-Brieuc a aussi reçu des cordages en chanvre, et un nouvel accastillage en os. Au cours de ces travaux, menés de fin 2018 à 2019 par trois personnes, accompagnées occasionnellement d’une quarantaine de bénévoles, la coque en cuir a été refaite, avec du cuir tanné à l’écorce, la charpente reprise et les bancs remplacés, « en chêne ou en frêne et non en pin, précise encore Ingwenog, car on sait que les pins étaient rares en Bretagne au Xe siècle. »

L’été dernier, l’équipe d’Ar Soudarded naviguait à nouveau à bord de Brioc, invitant quelques novices, leur prêtant des vêtements historiques : « Nous souhaitons rendre l’expérience accessible au plus grand nombre », précise Ingwenog. Après ces navigations estivales le long des côtes du Finistère, de Pont-Croix à Kerlouan, Ar Soudarded se prépare pour son projet de rallier l’Écosse avec Brioc, en passant par le pays de Galles et l’Irlande, suivant une route maritime historique identifiée grâce à l’étude de pièces de monnaie issues de ces différentes régions, retrouvées lors de fouilles archéologiques en Bretagne. Ils en profiteront pour récupérer les plans d’un autre bateau médiéval, un birlinn, en Écosse, dont ils ont découvert l’existence en étudiant des sources locales.

Une nouvelle association s’est créée, entièrement dédiée à l’entretien et à l’armement de Brioc, Gward an Aod (« les gardes-côtes »). Des travaux, menés cet hiver, permettront notamment de doter Brioc d’une annexe, d’un habitacle d’inspiration Viking, fait d’une structure en bois recouverte d’une toile en lin imperméabilisée à la cire ou à la graisse. De nouveaux avirons, et de nouvelles voiles plus solides et plus performantes augurent de meilleures qualités nautiques. À partir du printemps, le futur équipage reprendra les entraînements intensifs pour un départ en juin 2021 vers l’Écosse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°319 Réservé aux abonnés

BLUFF par David Fauquemberg

Quand il atteint Bluff Harbour, tout au Sud de la Nouvelle-Zélande et face à l’Antarctique, « le Français » – le lecteur... Lire la suite