Éditorial 318

c. Paris Musée Branly, carte navigation des Iles Marshall

«C’est quoi, Le Chasse-Marée ?» Près de quarante ans après la création du titre, quand on nous pose cette question, disons le franchement, on peut se réjouir qu’il ne soit pas trop facile de nous ranger facilement dans une case !

Bien sûr, il y a des certitudes. Le Chasse-Marée, c’est assurément une revue plutôt qu’un magazine, et nos lecteurs ne s’y trompent pas, comme en témoignent ces collections qu’ils constituent afin de pouvoir s’y référer régulièrement. Plus précisément, une revue maritime et fluviale, cela s’entend. Ensuite ? Eh bien, c’est un monde des possibles qui s’ouvre, sans limite, la soif de découvrir étant un très bon guide…

Souvent, aux curieux, on se plaît à ressortir l’éditorial du numéro 1, écrit en 1981 par Bernard Cadoret, fondateur de la revue, qu’il a dirigée durant près de trois décennies. Non pas que Le Chasse-Marée n’ait pas évolué en quarante ans mais, simplement parce que ce texte visionnaire et fondateur demeure d’actualité. Il y est question d’environnement, du métier de marin, de la plaisance, du partage de la connaissance… Il définit Le Chasse-Marée comme un rendez-vous pour tous les passionnés du monde maritime, le creuset où s’élaborera une culture qui les réunisse… Un ouvrage fédérateur « accessible et ouvert à tous, mais sans concession à la facilité, [qui] va constituer un outil de réflexion indispensable pour tous ceux qui vivent la mer. » Et Bernard Cadoret de poursuivre sur la diversité des sujets qui seront abordés, permettant au lecteur de « progresser dans sa recherche personnelle de la culture maritime. »

Depuis quarante ans, nous avons toujours conservé cette approche singulière, sans pour autant figer la revue qui a régulièrement évolué, tant au niveau de sa forme que de son fond, par touches plus ou moins marquées. Sa nouvelle livrée, que vous avez entre les mains, est probablement la plus changée, avec une pagination très augmentée, une maquette complètement revue, un nouveau papier mais surtout de nouveaux rendez-vous comme l’interview, les pages « En savoir plus », des articles consacrés aux sciences… Ces ouvertures et ces nouvelles perspectives ne nous font pas abandonner notre format d’écriture « au long-cours », car il faut s’accorder cette place pour raconter les choses, prendre ce temps pour s’immerger dans les sujets traités, à l’exact opposé d’une époque qui vit de surinformation superficielle, par essence incapable de produire les éléments constitutifs d’une réflexion.

Le Chasse-Marée, c’est donc cela… et bien plus encore. « Bien plus », non pas, évidemment, pour donner dans la surenchère, mais simplement parce que la curiosité que nous partageons avec vous, lecteurs, nous pousse à toujours explorer de nouveaux sujets, de nouveaux thèmes, de nouvelles formes. Numéro après numéro, notre champ ne cesse de s’élargir, chaque article enrichissant notre réflexion et notre vision de cet univers.

C’est ainsi que s’élabore cette fameuse culture, irréductible à une simple petite formule, un slogan publicitaire qui répondrait à la fatale question… « C’est quoi, Le Chasse-Marée ? » En tout cas, et plus que jamais ouverte sur tous ces horizons, assurément, la revue de la culture maritime.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée