Annette, nacelle languedocienne

© Bernard Vigne

Du 8 au 12 mai derniers, le Grau-du-Roi a accueilli la trente et unième édition du Défi des ports de pêche. Tandis que treize équipages ont régaté sur Grand Surprise, c’est un autre défi qui se déroulait au cœur du village… À la demande des pêcheurs du Grau, organisateurs de la rencontre, l’association Siloé a entrepris la construction d’une nacelle, embarcation traditionnelle des pêcheurs d’étang sur le littoral languedocien, à propos de laquelle Van Gogh écrivait : « Sur la plage toute plate, sablonneuse, de petits bateaux verts, rouges, bleus, tellement jolis comme forme qu’on pensait à des fleurs. Un seul homme les monte, ces barques-là ne vont guère sur la haute mer. Ils fichent le camp lorsqu’il n’y a pas de vent et reviennent à terre s’il en fait un peu trop. »

Le défi consistait à faire naître la barque pendant la semaine de régates. Compte tenu du temps imparti et des approvisionnements en bois, il a été décidé de construire une nacelle de 21 pans (5,25 m au plan, la sole) selon les préconisations d’André Aversa : pour cette longueur, il faut douze couples, une largeur de 1,30 m au plan, 1,50 m de longueur d’étrave, 1 m d’étambot et 0,65 m de franc-bord. L’œil du charpentier et son expérience font le reste. Le plan est tracé au quart de nonante. La tonture, qui fait l’élégance de ces barques, est donnée par la découpe de la virure basse du bordé, son chant inférieur présentant une courbe qui, à la pose, donne l’ensellure, soit la courbure du plan.

Sous la direction de Fred Verdeil et d’Anthony Danion, tous les bénévoles de l’association se sont démenés comme des diables pour que la barque soit prête à temps. Ils avaient déjà préparé le plan, les membrures, l’étrave et l’étambot, assemblés en atelier. La paramole (carlingue),les bordages, les sarretes (serres) et les bancs ont vite été mis en place. Le vendredi, on a sorti l’étoupe et les maillets. Déjà les peintres étaient à l’œuvre. Sur le quai, une équipe s’occupe du gréement. Une vieille voile d’un pêcheur d’Aigues-Mortes a été récupérée, fatiguée certes mais très belle avec ses finitions traditionnelles et qui, de plus, fargue impeccablement. Portée à bout de bras, Annette – du prénom de la présidente de l’association Siloé – a été mise à l’eau le samedi à 17 heures. Le défi a été relevé, tandis que ce sont les pêcheurs de Royan qui ont remporté le Défi des ports de pêche. • Bernard Vigne

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°298 Réservé aux abonnés

Portfolio : Rêve de voiles

Par Gilles Martin-Raget - Après avoir navigué sur les grands monocoques de course et de croisière – il a notamment participé en... Lire la suite
N°298 Réservé aux abonnés

Journal d’un timonier

par NIKOS KAVVADIAS - Traduit du grec par Françoise Bienfait - Illustré par Gildas Flahault - Nikos Kavvadias embarqua à l’âge de dix-huit... Lire la suite