Le M10 Lannoix rapatrié sur le Léman

c. Frédérique Engel
[COURRIER DE LECTEUR] Dix ans après son départ du lac, le M10 Lannoix vient d’être rapatrié sur le Léman par le chantier Ygor Yachting et Frédérique Engel, avec l’annonce bientôt d’une nouvelle vie ? Avis aux Amateur-e-s et Sponsors !
Moucheron M10
Entre 2020 et 2023, cinq Moucheron auront été restaurées et seront remis à l’eau (M15, 20, 25, 35, 36) grâce aux chantiers Ygor Yachting, Durr et Corsier-Port ainsi qu’aux efforts très conséquents de Frédérique Engel, Francis Hildbrand, Philippe Pochelon, Luc Mermoud, sans oublier Juliane Robra et de tous les anciens propriétaires ou amis de ces unités. Trois pourraient encore être sauvées (M5, 18, ainsi que le 10). Message à leurs propriétaires, courage, lancez-vous à l’eau ! Un semble définitivement perdu ou irrécupérable hélas (M7).
 
Ainsi, sur les 35 ou 36 unités construites, cela signifie, que plus d’un quart d’une flotte (qui n’existait que grâce à une unique unité tout récemment) revit et cela en moins de cinq années ! C’est assez phénoménal.
Franchement, pour une série oubliée, méconnue, pour ne pas dire raillée, n’est-ce pas là une belle victoire d’équipe ?! Nous pouvons être fier-es des efforts collectifs fait pour ressusciter ce petit monotype du Léman, premier dessin à l’âge de 27 ans d’un futur grand architecte naval, Henri Copponex. On ne peut pas sauver que les cathédrales fussent-elles de toile, le petit patrimoine aux origines populaire mérite aussi une reconnaissance. Et c’est bien là, l’intérêt de toute cette démarche collective. Et encore mille mercis au Chasse-Marée d’en avoir compris tout l’intérêt en publiant l’histoire de cette série dans son dernier numéro. La documentation est essentielle en matière de conservation du patrimoine !
C’était une grande journée pour les « Excentriques du Moucheron » et toutes les « Moucheronista », et je n’ai pas pu résisté au plaisir de partager un peu de sa joie avec vous.

A lire aussi

Le moucheron, un yacht pour le Léman

par Carinne Bertola  – Le Moucheron, premier plan de l’architecte suisse Henri Copponex, a vu le jour sur le lac Léman en 1934 à l’initiative de la Société d’encouragement à la navigation de Genève qui souhaitait créer un petit voilier économique. Ce quillard de 5,30 mètres, reconnu série nationale suisse en 1940, a connu de beaux jours avant-guerre, avant d’être détrôné par des dériveurs plus populaires comme le Snipe. Aujourd’hui, une petite flottille de Moucheron reprend son envol sur les eaux du Lac.

Un article paru dans le Chasse-Marée 323.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée